Green Snake (青蛇) 1993

superbe derrière la touche kitch et le non martial ambiant
4-50

Attention ! il y a quelques combats mais c’est loin d’être le principal, de plus, ils sont tous très abstraits et sans une once de kung-fu. Le combat final est une parfaite démonstration de ballet abstrait où s’entrechoquent les sortilèges élémentaires avec des effets spéciaux tous droits sortis d’un Sentaï qui n’entravent en rien la poésie de l’ensemble et le gigantisme propre à Tsui Hark.

Avant tout, un film d’une beauté ravageuse pullulant d’idées follement fantastiques, dotée d’une histoire parfois contemplative mais toujours envoûtante (en très gros, deux femmes reptiles apparues humaines tentent de définir l’âme humaine et de voir si ça peut coller, du « fantastique social »).

Le résultat, du Tsui Hark en puissance dans toute sa majesté : une histoire magique et graphique, une Maggie Cheung (plus encore que joey wong) hypnotisante de beauté reptilienne, jamais elle n’avait été aussi belle. La musique aux accents indy est aussi capitale et le rythme est très correct malgré un deuxième quart de film un peu longué. Les voix originales de Joey et Maggie sont très importantes et merveilleuses, mélodieuses et envoûtantes.

12/12/2002
http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/greensnake/critiques.html

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s