Wing Chun (詠春) 1994

Vent de fraîcheur garanti !
4-00
Yuen woo ping prouve ici qu’il est un maître des chorégraphies virevoltantes tendance haute voltige des objets et des corps. Dans Wing Chun, la pesanteur est chamboulée avec maestria. ça vole, ça rebondit, ça s’entrechoque, des petites touches précises sont là pour simuler des coups d’une puissance soit disant phénoménale qui font voler très loin, bref tout sauf violent.
Une légèreté à toute épreuve règne du début à la fin ce qui enchantera ou au contraire rebutera, humour très très lourd garanti. Peu de tension voir pas du tout donc, d’ailleurs la dernière réplique du film qui est celle du grand méchant est « nous serons tous bien gentils » : ça veut tout dire !

Le film est une suite ininterrompue de combats, de quiprocos au sein d’un ménage à 5, et du même coup, un plaidoyer pour la femme et sa liberté de choix.

Un trio de femmes est aux commandes d’un magasin de soja et les hommes aux alentours ne sont pour la plupart qu’un tas d’abrutis près à s’agenouiller sur le champ ou à se taper dessus pour bénéficier de quelques faveurs ou voir ne serait-ce qu’une parcelle de peau dénudée.

Michelle Yeoh est superbe même si on veut nous faire croire que c’est un mec, hey faut pas pousser, sa copine est une furie très proche d’Anita Mui dans « combats de maîtres » et la troisième (Michelle Reis) est l’habituelle jeune naïve qui découvre la vie.

Donnie Yen et Wise Lee campent des hommes plus qu’intéressés qui s’emmêlent régulièrement les pinceaux. Du bonheur (quoique) !

L’adversaire est une bande de méchants ignares retranchée dans un camp à l’extérieur du village et dirigée par le magnifique Norman Chu en personne avec 10 bons kilos en plus, du rembourage par ci par là (non ?) et une lance de 150 Kilos qu’il manie tel un cure dent.

Le casting est donc au poil, voir de rêve : Michelle Yeoh, Donnie Yen, Wise Lee, Michelle Reis, Norman Chu et même Cheng Pei Pei en maîtresse solitaire. Simpliste, caricaturale, évidemment, mais réjouissant et frais comme un vent du nord : drôle et animée, prévisible mais absolument incontournable pour les aficionados de Yuen Woo-Ping ou de Michelle Yeoh, séparément ou ensemble, prestation assurée.

22/04/2003
http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/wingchun/critiques.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s