Knockabout (雜家小子) 1979

knock
Farces et attrape !
3-75

ça démarre gentiment avec de la comédie débridée où Yuen Biao et Leung Kar-Yan, petits voleurs à la sauvette, se font les mains sur pas mal de monde pour se concentrer finalement sur un pauvre mendiant dépenaillé qui leur semble bien inoffensif. Sachant qu’il s’agit de Sammo Hung, il est gros comme une maison qu’il maîtrise son sujet !
Impressionné par le bonhomme, les deux compères se plient en 4 pour suivre son entraînement. Du tout classique.
Petit à petit Sammo, expert caché, va prendre de l’importance pour finalement se lier à Yuen Biao et lui enseigner ses techniques, je n’en dirais pas plus… faudrait pas gâcher le seul rebondissement du film.

Disons que si j’ai une petite déception à noter, c’est que knockabout nage généreusement dans la comédie kung fu, il n’y a donc pas de vrai méchant digne de ce nom avec de vrais scènes « special méchant » et une gueule très méchante ! Il y a bien un méchant mais c’est pas du pur méchant quoi ! On est loin d’un Yen Shi-Kwan ou d’un Eddy Ko-Hung.

……… Spoiler : finalement, j’en dis plus………..
Même si le gars en question, Lau Kar Wing, pourtant habitué aux bad guys, est bien fourbe et sans pitié, il manque de classe et de présence. Pour être plus précis, il lui manque ici l’assurance et la fierté publique d’être vraiment méchant devant et avec tout le monde puisque le plot veut donc qu’il dissimule autant que possible sa méchanceté. Il joue un maître fourbe qui pèche de plus par son absence ce qui est trop souvent le cas de Lau Kar Wing malgré ses capacités martiales hors normes.
fin de spoiler

à part ça, quel plaisir de retrouver ce grand trio : Yuen Biao, Samo Hung et l’excellent Leung Kar-Yan. Ce dernier est loin d’être ridicule avec sa technique très personnelle des « bras tournoyants » même si il n’atteint pas la classe qu’il dégage dans Thundering Mantis ou The Victim.
Yuen Biao nous prouve naturellement que c’est lui le « king of the kick », plus souple, plus speed et plus amble que Jackie mais malheureusement moins connu. Sa séance de démonstration devant Sammo montre à quels points ses qualités d’acrobate et d’athlète sont exceptionnelles.

Au final, une bonne grosse et grasse comédie qui a la forme, au début assez lourd, avec de bons combats finalement, pas extraordinairement originaux mais superbement effectués par un trio qui connait son sujet.

24/06/2003
http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/knockabout/critiques.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s