The Super Ninja (忍無可忍) 1984

Action, kung fu, violence, sexe, tout y est !! à l’échelle « ultra bis » forcément.
2-75
Tourné en collaboration entre Taïwan et les États-Unis, The Super ninja est un film de ninja typique à la différence prêt qu’il est réalisé par un taïwanais à l’esprit 100% énergique et complété par un cast de véritables artistes martiaux qui plus est spécialistes du genre ninja. The Super Ninja se place donc directement au dessus du tout venant film de ninja américain tendance gros nanar, mais se déroule pourtant au States ce qui augure de bons gros gweilos bisseux.

Alexander Lo Rei et Eugène Thomas étaient déjà potes avant Ninja Final Duel, ils se sont rencontrés sur Mafia vs Ninja et se retrouvent à nouveau ici pour une bonne tranche d’action kung fu devant la caméra de Wu Kuo Jen, réalisateur taïwanais de bisseries à 2 francs 6 sous, sorte de Robert Tai du pauvre, c’est dire le niveau.

Alexander Lou est un artiste martial accompli, ancien champion taïwanais de Tae Kwon Do, au look proche de Rambo qui a joué dans plusieurs dizaines de films de kung fu et d’action bis et son style tout en muscle est un plaisir dont je ne me lasse pas. Eugène Thomas est californien, ancien DJ reconverti aux arts martiaux, une masse aux mains énormes qui ressemble fortement physiquement à Denis Rodman, un pur gweilo et un artiste martial au style bien particulier, puissant et fluide, mais pas tellement dans ce film où il semble parfois tendu plus que de raison.

Surtout, laissez vos neurones dans la pièce d’à côté, The Super Ninja est un pur instant de fun et c’est tout, le montage épileptique et les cadrages sont très approximatifs, l’image est poussiéreuse, les dialogues nanardeux au possible, les acteurs mauvais, l’ensemble est très bis et amateur mais l’ambiance est là et bien là. On y mélange allègrement action bourrine, gunfights, accélérations pas discrètes, flics rebelles, ninja blanc, ninjas aux 5 éléments, kung fu câblé, tricks ninjas, érotisme (avec Alice Tseng, la guerrière préférée de Robert Tai d’ailleurs), méchants mafieux, flics verreux, etc.

Le tout est violent et déjanté pour en rire une bonne fois mais n’atteint pas les sommets espérés non plus. En effet, il est plombé par un trop grand nombre de passages bien foireux (dans le commissariat notamment) aux dialogues abyssaux qui limitent la présence des ninjas car il faut bien le dire, c’est eux qu’on attend ! Malheureusement ils ne sont pas autant présents que souhaités mais une fois les méchants gangsters localisés, l’entraînement bodybuildé effectué, bref une fois les choses en place, les combats débarquent et font leur office, toujours violents avec un montage bien serré et nerveux et une tonne de passages en « reverse » pour faire croire aux prouesses impossibles des ninjas. A voir pour les amateurs de bisseries qui aiment les bonnes tranches de scènes cultes.

Je tiens à ajouter que j’ai une tendresse particulière pour ce film et ces deux suites, Ninja in the USA et Ninja Condors, qui constituent une sorte de trilogie ninja de Ng Kwok Yan. Malgré tous leurs défauts et les moyens très limités, voici encore d’autres perles bis de Mr Alexander Lou.


21/08/2003
http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/superninja/critiques.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s