Les 5 mercenaires (師兄師弟齊出馬) 1979


Un pur moment de kung-fu « old school » indépendant.
3-00

Très cheap, pour les hardcore je préviens.

Dans le plus pur style « old school » extirpé de la scène indépendante taïwanaise, The incredible kung-fu mission se détache du lot par son rythme relevé, sa mise en scène efficace, ses nombreux passages de comédie et ses chorégraphies nerveuses et percutantes mises en bouteille par l’inimitable Robert Tai.

John Liu, « mister incredible stretch kick », est le héros de ce film qui penche tout d’abord très fort vers la comédie lourdingue. Taïwanais d’origine, élève de Dorian Tan (Tan Tao-Liang), il était réputé dans les 70’s pour son charisme, sa belle gueule et surtout son kick ultra puissant et souple. The incredible kung-fu mission sera l’un de ses derniers rôles.

La bande de va nu pied qu’il entraîne rudement est très représentative de la clique parfaite avec son gros molosse de service, le petit acrobate rigolo (Chin Lung), l’élève préféré, talentueux, plein d’honneur et timide (dans les premières apparitions d’Alexander Lo Rei), le charmeur et à l’occasion efféminé (Ting Wa Chung) et enfin le jongleur un peu soupe au lait (Ma Chin Ku).

Après l’entraînement éprouvant de rigueur et un passage mouvementé par la maison close du coin, le tout dans une ambiance chargée en cabotinage des profondeurs, la petite escouade part à l’assaut d’une forteresse bien gardée afin de libérer un personnage influant. Mais tout ceci cache en fait un complot plus machiavélique encore. Le seigneur des lieux n’est autre que Robert Tai en personne, maquillé, perruque blonde et cape de superman, qui utilise une technique sournoise et habilement dissimulé du planté de doigts dans le thorax : joie !

Le duel entre les deux meilleurs amis dans la vie, Robert Tai et Alexander Lo est très appréciable tout comme les innombrables combats de cette petite production qui ne paye pas de mine mais qui vaut largement le détour.

Tout cela commence très tranquillement avec sans doute beaucoup trop de comédie lourdingue, mais le rythme est de plus en plus soutenu et violent, les 4 ou 5 combats finaux contre experts, gardes, horde de lanciers, seigneur et traitre feraient presque de cette bisserie un classique.

Je l’ai trouvé assez quelconque à ma première vision mais j’ai carrément craqué à la seconde. Les combats pas convaincants du début deviennent ensuite bien plus relevés et nerveux.


http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/incrediblekungfumission/critiques.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s