La dernière chevalerie (豪俠) 1979


N’est pas maître du wu xia qui veut…
3-50

John Woo se lâche bien dans ce wu xia pian et rend hommage à l’une de ses plus grandes influences, le maître du carnage, l’ogre Chang Cheh. L’action est présente, la violence et le sang aussi, la mise en scène est accrocheuse, les nombreux passages comiques sont tantôt les bienvenus, tantôt très inopportuns (le combat comique avant le combat final démonte toute la tension). Damian Lau assure une prestation excellente, Wei pai (ancien Venom) tient là son plus grand rôle mais ne convainc pas vraiment, en premier lieu par son jeu peu subtil, mais aussi par son talent martial bien loin des meilleurs. La musique est assez étrange, mélange de traditionnel et de rifs de guitare funk et électriques qui laisse un brin dubitatif, ça ne colle pas vraiment même si une certaine pêche est indéniable.

Mais si il n’y avait que ça qui ne collait pas, ce serait déjà une belle réussite. Malheureusement, en s’attaquant ainsi au wu xia pian, John Woo a peut-être oublié qu’il ne suffit pas de filmer des tas de plans et de les mélanger pour donner du dynamisme et de vrais combats prenants. Les chorégraphies sont en effet denses et violentes mais demeurent laides voir molles. On est loin des grands maîtres tels Chang Cheh, King Hu ou Liu Chia Liang et plus tard Tsui Hark, Yuen Woo Ping ou même Ching Siu-Tung. L’énergie des affrontements passent très mals, simplement parce que John Woo ne sait pas filmer des combats kung fu pian avec la nervosité nécessaire et le savoir-faire des grands. Autant un gunfight filmé avec des ralentis et des plans larges esthétiques peut-être superbe, autant un wu xia perd malheureusement toute densité avec des plans à la Woo. On s’attend à du rapide et du nerveux filmé de près, au sein de l’action. Hors, on assiste très souvent à des plans lents, larges et des ralentis qui font plutôt tâches.

Le film reste plaisant avec un bon rythme et une histoire somme toute assez originale mais ce qui devrait transcender l’ensemble, les combats, n’arrivent jamais à vraiment scotcher au siège, et ce, malgré la débauche de plans, de situations, de sang et des rôles principaux, plutôt bons artistes martiaux pourtant, mais qui semblent, ici plus qu’ailleurs, un peu perdus par moment.

Dommage, car l’ambiance est assez convaincante de bout en bout et Damian Lau, tout comme « Destin du ciel » et la clique de méchants, assurent leur partie avec bon coeur.

A voir pour se faire une idée car « la dernière chevalerie » parvient à transmettre son originalité malgré tout, propre au talent et à l’aura de John Woo…

30/09/2003
http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/lasthurrahforchivalry/critiques.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s