Mr Vampire 4 (殭屍叔叔) 1988

mrvampire4
(Bouddhiste vs Taoïste) vs vampire
3-50
Après un troisième épisode d’anthologie qui a su renouer haut la main avec la saveur du premier Mr Vampire, le dernier opus se sépare du dévampirisateur mythique, Lam Ching-Ying, pour tenter un dernier rush de folie. Ce dernier n’aurait de toute façon pas vraiment collé avec ce Mr Vampire puisque Anthony Chan campe un magicien taoïste aussi loufoque que les autres personnages, rôle qu’il tenait déjà dans le premier Mr Vampire. Je l’ai trouvé personnellement limite énervant car très souvent de mauvaise foi.

Le héros un peu plus sérieux, car il en faut bien un, est l’élève Chin Siu-Ho lui aussi revenu du premier Mr Vampire, qui prend assez vite la place principale aux dépends du prêtre taoïste. Anthony Chan semble en effet assez perdu dans le maelström et ne parvient jamais à égaler ou même contrebalancer à sa manière l’absence de Lam Ching-Ying. Charles Ng et Billy Lau manquent aussi tristement à l’appel mais l’ensemble n’est pas mauvais pour autant.

Le film est clairement séparé en deux parties : tout d’abord le duel, amical au fond, entre les deux ennemis ancestraux que sont le prêtre taoïste et le moine bouddhiste incarné par l’incontournable Wu Ma, à grand renfort d’envoûtements réciproques et de provocations débiles façon Miracle fighters, sous les yeux amusés et papillonnants de leurs élèves respectifs, Chin Siu-Ho et la jeune et jolie Loletta Lee. Tout cela est léger, souvent drôle et divertit agréablement sans prise de tête aucune, surtout pour un habitué des délires comiques HK.

Puis c’est l’heure de l’action vampirique non stop lorsqu’une troupe royale transportant un roi vampire dans un cercueil doré passe non loin de la maison des deux prêtres. Le roi se réveille naturellement et c’est parti pour le rush final typique du genre.

Largement axé sur la comédie, Mr Vampire 4 n’en demeure pas moins un sympathique gâteau de ghost kung fu comédie avec une bonne pléiade de scènes cultes comme la queue-leu-leu de vampires sauteurs qui jouent en cœur à la danse du bâton brésilien, le bras droit royal totalement homo et excessif, les duels bon-enfant entre les deux prêtres, la danse de vampire avec sabre dans le bide en guise d’archer, les joyeuses références à Evil dead puisque le gros du film se déroule dans les deux maisons voisines des prêtres aux planchers capricieux, la transformation finale de Anthony Chan en monsieur muscle, etc.

Bref, ça le fait. :)

22/03/2004
http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/mrvampire4/critiques.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s