Mr Vampire 2 (殭屍家族) 1986

mrvampire2
Le coup du ralentisseur

2-25
Et bien voilà encore une preuve, si elle était nécessaire, que la comédie HK peut partir dans toutes les directions possibles et inimaginables au risque de se perdre…… et de se fracasser contre le mur.
Recette typiquement Hongkongaise, des tonnes d’idées loufoques se télescopent sans aucune logique. On colle tout ça bout à bout en espérant que ça tienne la route. Malheureusement, ça passe où ça casse et il faut bien avouer que sur ces tonnes d’idées, il n’en reste cette fois-ci que quelques unes qui vaillent vraiment le déplacement.

Le concept est donc de faire réapparaître dans les années 80 père, mère et fils vampire morts depuis 2 siècles, découverts dans une vieille crypte par 3 archéologues surtout avides d’argent. Cette découverte qui dure les 15 premières minutes est déjà bien gratinée grâce à Billy Lau, toujours aussi débile et énervé, et son compère, qui mange tout et n’importe quoi, notamment foi de serpent et grenouille vivante (beeeuurk). Jusque là, l’ambiance est assez bonne et plus ou moins cohérente.

La suite est à réserver aux enfants puisque l’histoire va focaliser un moment sur le fils vampire échoué dans la maison de Monsieur tout le monde ; une séquence spéciale « E.T. perdu sur terre » vite faite mal faite avec musique pop enfantine et découverte de la civilisation, le tout en à peine 10 minutes… Très fort Ricky Lau !

On ne sait déjà plus trop quoi penser ou attendre de ce qui va suivre, pas grand chose certainement, mais c’est là qu’arrivent Yuen Biao excellentissime comme d’habitude, et Lam Ching Ying en apothicaire descendant de Mr Vampire. On oublie l’enfant qui a déjà bien trop plombé le film et voici qu’approche à grands pas la scène d’anthologie : le coup du ralentisseur. Nos 2 héros et père et mère vampires qui leurs font face, respirent un gaz qui provoquent un ralentissement immédiat de tous leurs faits et gestes. Une scène bien longue qui en rajoute des tonnes et vaut son pesant de rigolade ! Même Lam Ching Ying y va de bon coeur, c’est dire le caractère anthologique de la scène.

Le reste est à réserver aux fervents adeptes de la comédie HK et se perd un peu plus dans les méandres du grand n’importe quoi filmique. Plus rien n’accrochera vraiment le spectateur qui a faim de scènes vraiment cultes et surtout bien amenées. Transporter les vampires dans une époque actuelle a pour effet immédiat de démonter toute la mystique qui les accompagnent d’ordinaire ; plus de superstition rigolote, de sorts ni de rituels magiques ni même de kung fu d’époque. Action urbaine, cascades vite expédiées, 2 ou 3 kicks, de la comédie nonsensique bas de gamme à profusion, on mélange sans trop calculer le résultat et on obtient le moins bon opus de la saga, incohérent et déroutant au possible. Mais les accros y trouveront toujours leur compte car le rythme ne faiblit pas même si le sens n’existe plus depuis les 15 premières minutes. C’est par où la sortie ?

22/03/2004
http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/mrvampire2/critiques.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s