Dragon Ball : The Magic Begins (新七龍珠) 1989

dbbegins
Mauvais nanar malheureusement maaais…
1-00
Bisserie Taïwanaise (à confirmer) sur une légende de l’animé, le tout tourné en Thaïlande, on aurait pu côtoyer le divin mais non. Le doublage français est pitoyable avant tout et fait dans l’économie avec trois voix différentes en tout et pour tout. L’histoire est assez fidèle au début de DB mais les persos cabotinent à mort et sont étrangement méconnaissables à part sangoku (et encore, le costume seulement… bonjour la perruque et l’air beaucoup trop sérieux) et tortue géniale (30 ans à peine). L’action est délurée et câblée par moments mais reste peu présente et concluante en combats DB, trop vite expédiée et trop souvent composée des mêmes mouvements : vrille, salto, translations aériennes, … De plus, la majorité du film n’est que cabotinage. Heureusement que Tortue géniale ne manque pas d’énergie et nous offre quelques bons moments mais ce nanar à l’humour typiquement lourd n’est vraiment pas drôle au point d’énerver. Maais, malgré tout, le commerce fonctionne, il y a quelque plaisir à retrouver nos héros sous cette forme ultra bis, un récit lourdingue mais fidèle et deux combats au départ (une démo de Sangoku et le duel contre Yamcha en sabreur blanc immaculé !) un peu plus intéressants (tout est relatif), bien speedés et câblés à la taïwanaise.

Malheureusement le pire, ce qui tue définitivement le film : les méchants sont inconnus au cast DB et ils ont des flingues !! Ils ne savent que balancer des roquettes au bazooka pour faire exploser des baraques et sortent tout droit d’un téléfilm SF US Z. Alors ça, c’est impardonnable ! Le budget est assez confortable au niveau pyrotechnique puisque l’équipe fait sauter énormément de décors et ajoute une tonne d’explosions pour chaque tir de méchants, mais le résultat reste très cheap et très loin de ce qu’on attend d’un combat DB (un ou deux kaméhaméha très moches de Tortue Géniale à tout casser). King Horn le chef bad guy est ridicule et n’a rien à voir avec Freezer ou un autre, à part qu’il est bleu. Il est de toute façon inexistant et ne pratique qu’une technique qui dure l’espace de 5 secondes, piteux à mort. En bref, ça vole vraiment bas et c’est beaucoup trop cabotin des pâquerettes et très mal foutu au niveau des ennemis. Mais un peu de speed, une masse d’explosions, un certain souci de fidélité au début du récit de DB (la rencontre Sangoku / Bulma et Tortue Géniale / la bande, Oolon peureux, Yamcha timide face à Bulma, Tortue Géniale qui veut voir la poitrine de Bulma, etc) et le choc de voir l’adaptation ultra fantaisiste des gentils personnages est particulier et relève un peu le quotient nanar culte, m’enfin je suis gentil avec la nullité ambiante. Mais DB live façon action taïwanaise, ça attire forcément l’oeil.

25/03/2004
http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/dragonballlefilm/critiques.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s