Retour à la 36ème Chambre de Shaolin (少林搭棚大師) 1980


Une certaine idée du kung fu
3-25
Liu Chia Liang voulait que la suite de la 36ème chambre diffère de l’original, qu’elle soit axée sur la comédie kung fu dont il est un grand précurseur. Quelques petites pointes de comédie voyaient déjà le jour dans la 36ème chambre mais le principal restait l’ambiance shaolin, le long chemin pour y être accepté et en ressortir spirituellement et martialement grandi. Gordon Liu y tenait un rôle sérieux, respectueux du temple et de sa discipline drastique.

En guise de contre pied, Gordon joue cette fois-ci un imposteur qui se fait passer pour le célèbre moine shaolin San Te (qu’il jouait dans le premier opus) afin d’aider ses amis, des ouvriers teinturiers mandchous opprimés. Un rôle comique de bonimenteur qui tranche avec les prestations connues de Gordon, même si il a déjà fait le trublion dans Fist of the white lotus et quelques autres films. Ce n’est pas son jeu de prédilection mais il assure ce rôle de farceur avec l’énergie et le talent propre au meilleur sur-jeu hongkongais.

La supercherie est malheureusement assez vite démasquée par le directeur de la teinturerie, Wang Lung Wei méchant de service comme à son habitude, qui sait reconnaître le vrai kung fu du faux. Lorsqu’il demande à Gordon de lui montrer sa technique sur lui et ses hommes, le faux moine est alors pris au piège et se fait humilier ainsi que ses camarades. Conscient que ses mensonges ont encore aggravés la piètre situation des ouvriers, il décide de se rendre au temple de shaolin et de ne revenir qu’après y avoir appris le kung fu, le vrai.

Là encore, l’entrée au temple est un contre pied monumental au premier opus. Là où Gordon obéissait du mieux qu’il pouvait aux exigences des moines, il use ici à l’excès de tous les mensonges et autres supercheries dont il est capable pour contourner le règlement de la 36ème chambre.

Rappelons que la 36ème chambre a été créé dans le film original par Le moine San Te (Gordon Liu) qui avait décidé, une fois sa formation terminée, de créer une chambre complémentaire des 35 chambres originelles, spécialement dédiée à la transmission du kung fu pour le peuple.

Liu Chia Liang n’aime pas les tricheurs et les bonimenteurs qu’il prend manifestement plaisir à faire souffrir dans ses films. Malgré le talent de Gordon à détourner les épreuves d’entrée à son avantage, il est vite confondu une nouvelle fois par le vrai moine San Te. Ce dernier, plein de sagesse, ne le chasse pas pour autant et l’invite à se laver la tête en utilisant une pierre attachée à une corde qu’il doit lancer dans un puits pour finalement en utiliser les éclaboussures. Une épreuve qui lui prend plusieurs jours et commence déjà à le renforcer musculairement sans qu’il s’en aperçoive. Ce genre d’idée inventive de pédagogie martiale par le quotidien est une véritable spécialité de Liu Chia Liang. Cette première épreuve réussie, le vénérable San Te révèle à Gordon qu’il a compris depuis longtemps ses mensonges mais décide tout de même de l’aider une dernière fois avant de le chasser définitivement (pourquoi l’aide-t-il encore une fois alors qu’il triche depuis le début à toutes les épreuves drastiques d’admission ?… Pas très logique quand même). Il demande à Gordon de construire des échafaudages tout autour de la 36ème chambre.

A partir de ce moment, la comédie s’estompe pour laisser place à l’héroïsme et à l’énergie de l’entraînement. Par son esprit alerte, Gordon va profiter du point de vue unique sur la chambre pour observer l’entraînement des autres disciples et appliquer ce qu’il voit à son travail. Au bout d’un an, il est passé maître de la technique de l’échafaudage sans le savoir. Finalement bel et bien chassé par San Te, il a néanmoins eu le temps pour emmagasiner un maximum d’informations qui vont pouvoir l’aider à défendre ses amis contre les Mandchous. Le traditionnel combat final atteint alors, comme de coutume avec Liu Chia Liang, une certaine quintessence du kung-fu old school.

Derrière cette suite, Liu Chia Liang démontre une nouvelle fois que le kung fu n’est pas un apprentissage du combat pour assurer la justice ou la vengeance mais une pédagogie vertueuse pour l’équilibre du corps et de l’esprit. Pas un seul mort, juste quelques blessés, ne vient ternir ce postulat. Le message est clair mais plutôt maladroit parfois.

La comédie puis l’entraînement et les combats sont toujours aussi inventifs, voir même plus que dans la 36ème chambre, notamment la folie de Gordon à assembler les échafaudages (il faut le voir ficeler les bambous les pieds attachés, etc). Le rythme est correct mais il faut vraiment aimer l’ambiance guillerette et assez lourde de la comédie à la Liu Chia Liang. L’esprit de la comédie HK qui n’en est encore qu’à ses débuts est très présente et donc assez hermétique, surtout pour un occidental. Liu Chia Liang est un maître en chorégraphies sans trucage visuel, inventives et spectaculaires. Mais la légèreté omniprésente (lourde en fait), l’inexistence d’une vraie dramatique, les personnages caricaturaux, la répétition à l’infini du même message, la vision de Liu Chia Liang dans son ensemble est toujours la même, trop kitsch et gentille et donc pas très motivante pour qui a déjà vu les perles de kung fu comédie de Jackie et de Sammo autrement plus percutantes. Sympathique mais assez lourd en ce qui me concerne. La meilleure kung fu comédie de Liu Chia Liang reste à mes yeux combats de maître et de loin, qu’il n’a d’ailleurs réalisé qu’en partie avant de se faire virer pour cause de désaccord sur le traitement du film.

19/04/2004
http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/returnofmasterkiller/critiques.html

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s