The Web of Death (五毒天羅) 1976

webofdeath
Très sympathique conte fantastique débridé de Chu Yuan
3-50
On ne peut pas vraiment parler de wu xia pian pur puisque les combats en général et le sabre en particulier ne sont que des moments ponctuels qui soutiennent juste l’histoire. On ne peut pas vraiment parler de délires à la Buddha’s palm puisque c’est un film de Chu Yuan (!), donc tout sauf bâclé. L’ambiance fantastique est présente, les excentricités sont bien là mais secondaires et ne font que soutenir brillamment l’histoire certainement tirée d’un roman une fois de plus, bien mise en bouteille par le scénariste Shaw par excellence, Ni Kuang. On ne peut donc pas non plus parler de bisserie à la Heaven & Hell puisque la trame principale est organisée, dramatique, romantique et cohérente, loin du navet et surtout très très loin d’Inframan. Bref, le principal dans Web of death, c’est avant tout la dramatique, l’amour, la légende d’une arme absolue, l’araignée aux 5 venins, que certains clans voudraient bien posséder, tandis que d’autres ne souhaitent que la détruire. Une arme que l’on voit à l’œuvre dès la première scène histoire de bien démontrer toute sa puissance.

Le chef du clan des 5 venins et sa fille, l’excellente et craquante Ching Li, gardent cette arme absolue dans leur antre souterraine, cachée des vils esprits qui voudraient utiliser son pouvoir pour réduire à néant les différents clans martiaux. Que ce soit le clan Wu Tang, les Shaolin, mené par Ku Feng, ou la pléiade d’autres protagonistes, personne ne doit s’emparer de l’araignée. Comme dans Buddha’s palm, les clans sont très nombreux et pas toujours d’accord mais une chose les rapproche, ils craignent la puissance du clan des 5 venins. Ce dernier est lui-même divisé en plusieurs factions*. Lo Lieh est le chef de l’une d’elle et celui qui désire le plus obtenir l’araignée pour détruire tous les autres clans, et ce par tous les moyens. Tout d’abord Déguisée en mendiant, Ching Li défendra chèrement et en secret la vérité malgré son impopularité, poussée par son amour d’un beau guerrier du clan Wu Tang, Yueh Hua toujours impeccable, qui l’aidera à protéger le monde de cette menace.

Inutile d’aller plus loin, vous l’aurez compris, les nombreux personnages, leurs relations et la destinée de cette arme sont les sujets principaux. Le délire, c’est l’arme en elle-même, une tarentule de taille normale mais surpuissante, enfermée dans une cage fumante, qui pousse des cris d’éléphant, se cabre pour attaquer et crache sa toile gigantesque et mortelle qui enserre et décrépit irrémédiablement ses victimes. Le délire, c’est aussi l’antre colorée du clan des 5 venins, un château en carton-pâte truffé de pièges et de salles où coulent des rivières d’acide. Les combats de l’expérimenté Tang Chia sont en nombre régulier, acrobatiques mais surtout brefs et vraiment secondaires. Peu importe, ils accompagnent à merveille ce conte au rythme soutenu tourné entièrement dans les studios de la Shaw dans des décors surchargés, arborés et fleuris du meilleur goût. La réalisation est tout à fait honnête sans atteindre le génie des chefs d’oeuvre de Chu Yuan. Quelques zooms hasardeux parsèment juste la première partie. La touche kitsch typique des films de la Shaw ajoute les inévitables moments de rêverie et de rigolade qui terminent le plat en beauté.

Au final, un très bon moment qui fera le bonheur des amateurs. Totalement en adéquation avec le style Chu Yuan, c’est à dire une intrigue bien amenée avant tout, une ambiance à la fois classique et fantastique, des décors très travaillés, des éclairages colorés, psychés, et un savoir-faire toujours unique. Pas son meilleur mais un bon annexe bien débridé. En effet, comme le dit Happy, Chu Yuan a bien l’air de prendre tout ça détendu pour ne pas dire à la légère. Il mixe un peu tout et se fait plaisir… Et nous aussi.

A noter, Norman Chu encore une fois dans un tout petit second rôle.

* 5 factions pour être précis, qui sont logiquement les 5 animaux de Five Venoms : la grenouille, le serpent, le mille-pattes, le lézard et le scorpion.

27/05/2004
http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/webofdeath/critiques.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s