Les Disciples de la 36ème Chambre de Shaolin (霹靂十傑) 1985


Le meilleur de la trilogie carrément !
3-75
La trilogie de la 36ème chambre a ce quelque chose d’unique, cette ambiance qui sonne comme l’ultime démonstration de « pédagogie martial par le quotidien », cette couleur très particulière aux réalisations de Liu Chia Liang qui en fait un classique instantané porté par le demi frère chéri, Liu Chia hui aka Gordon Liu, aussi bon acteur qu’artiste martiale (chacun comprendra ce qu’il voudra). Pourtant, il faut bien avouer que les deux premiers volets restent constamment dans la veine « gentille » et même « molle » (osons !) d’un Liu Chia Liang qui prône encore et toujours le kung-fu comme moyen d’élévation de l’esprit, d’apaisement de la colère, d’éducation des sens et de la bonté et finalement de médiation pour sortir les pauvres paysans de l’oppression. Je pourrais même aller jusqu’à dire que cet aspect moral assez naïf gâche parfois le talent chorégraphique du maître qui n’est jamais plus savoureux pour les amateurs de tatanes que lorsque les affrontements sont violents (8 diagram pole fighter ou le final de Legendary weapons par exemple).

Toute une fascination pour cette quiétude martiale est catalysée dans la représentation des moines shaolin du premier volet, tellement sereins qu’ils forcent immédiatement le respect. Pied de nez comique à cette ambiance studieuse, le second volet voyait Gordon en apprenti ne respectant aucune règle mais ne parvenait pas à se détacher du carcan de l’original.

Finalement, Liu Chia Liang revient une dernière fois pour ce dernier volet plus déluré que jamais et utilise ce même genre de personnage principal, un disciple très doué mais pas très recommandable, encore plus désobéissant et ingérable, interprété cette fois-ci par Hsiao Ho, petit athlète largement moins connu et au physique moins avantageux que Gordon Liu mais très énergique. Gordon, lui, reprend son rôle de maître incontestable de la 36ème chambre qu’il avait créé à la fin du premier volet. Constamment à l’affut pour freiner les ardeurs de son jeune élève, il est pourtant moins présent cette fois-ci même si son rôle lui va comme un gant et qu’il l’améliore encore de petits instants comiques qui rappellent une légère réminiscence de son personnage dans « retour à la 36ème chambre ».

Oui mais voilà, à l’unité de lieu des deux premiers volets, le temple en grosse partie, Hsiao Ho répond par une incontrôlable envie de bouger, de s’évader la nuit… pour faire des bêtises. Et forcément, il se crée des ennemis par sa fierté de combattant difficilement dissimulable. Là où Gordon retrouvait finalement le droit chemin de l’apprentissage dans le second volet au cours d’un entraînement sur échafaudages mémorable, Hsiao Ho ne cessera jamais de n’en faire qu’à sa tête ce qui n’en est que plus surprenant. Même si le comique a une place encore plus prépondérante, Liu Chia liang équilibre mieux son film avec des affrontements réguliers et une ou deux mêlées générales spectaculaires qui faisaient cruellement défaut aux premiers opus. En bref, « Les disciples de la 36ème chambre » dynamite avec goût les règles strictes du temple et parvient à créer un autre spectacle, une extension débridée, plus rapide, plus folle, moins sérieuse et pourtant plus violente.

Ultime film de la Shaw réalisé avant la fermeture des studios de Kowloon, « Les Disciples… » est réalisé dans un état d’urgence qui amènera souvent ce genre de productions tardives survoltées, ayant pour objectif de contrer les studios concurrents qui explosent et notamment les kung-fu comédies de Jackie Chan et ses compères tout en gardant la classe propre à la Shaw et ses moyens financiers.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

13/08/2004
http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/disciplesofthe36thchamber/critiques.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s