Raining in the mountain (空山靈雨) 1979


Au royaume de King Hu
4-75

« Raining in the mountain » est une partie d’échec spirituelle, mystique et méditative qui tient beaucoup d’une version lumineuse du « Nom de la Rose ». Pas de moine enquêteur attitré pour résoudre une sombre affaire de meurtre mais une communauté pieuse, un lieu sacré plein de savoir et une brochette d’invités qui recèlent tous autant de mystères à éclaircir que de personnalités à dévoiler. Scène après scène, à chaque détour des innombrables recoins de l’immense temple, un nœud se défait, une surprise apparaît, une énigme s’éclaircit pour mieux embarquer le spectateur.

A la frénésie de mouvements de ceux qui se battent discrètement pour ce sacré rouleau, s’appose la quiétude du site et la sagesse de ceux qui savent.

Le rythme millimétré flirtant avec le théâtre, les 10 personnages d’horizons distincts bientôt clairement campés d’un côté ou de l’autre et la beauté du cadre ne suffisent à parfaire le travail si précis de King Hu. Il lui faut encore ce message d’apaisement, ce bouddhisme discret, cette richesse spirituelle des gens les plus simples, ce détachement de ceux qui savent voir et cet humour tout en finesse véritablement jouissif pour donner encore et encore du plaisir.

Réalisé en Corée du Sud et en indépendant, en dehors des gros circuits de distribution, « Raining in the mountain » n’est ni un Wu xia Pian ni un film contemplatif, juste du King Hu. Il garde l’essence divertissante du cinéma HK en y ajoutant une patte spirituelle typiquement asiatique dont il détient le secret. Entièrement tourné en extérieur et dans un véritable temple coréen, « Raining… » propose pour finir une distribution d’acteurs remarquables, habitués du réalisateur, qui ajoutent encore à son authenticité, et la photographie est à tomber.

Peut-être moins brillant que « Touch of zen », plus court et uni dans son propos, très peu démonstratif en combats célestes et bondissants, moins elliptique dans son final, « Raining in the mountain » n’en reste pas moins une formidable démonstration, aussi complexe que limpide, aussi tranquille que furibonde, du plus talentueux des réalisateurs chinois.

http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/raininginthemountain/critiques.html

21/12/2010
http://www.senscritique.com/film/raining-in-the-mountain/3331229511349174/critique/drelium/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s