Happy together (春光乍洩) 1997

happytogether
La passion au format magistral

5-00

Chef d’œuvre aussi puissant, remuant et captivant que les chutes d’Iguaçu, véritable aboutissement du cinéma de Wong Kar Wai, décidément le plus européen des réalisateurs HK. Happy together réunit toute la force brute des relations amoureuses de « Nos Années sauvages » et son unité en y ajoutant le style graphique et la mise en scène, véritables êtres vivants à part, de sa trilogie 90’s. Le confinement de « In the Mood for Love », la noirceur des « Anges déchus » et la légèreté, la liberté de « Chungking Express » se retrouvent au service de deux êtres tiraillés en constante attraction-répulsion, perdus au bout du monde, interprétés par un duo renversant de justesse et de puissance émotionnelle. Tony Leung et Leslie Cheung, si distincts et irrémédiablement attirés, se sortent les tripes comme jamais, le tout entre quatre murs et une poignée d’objets qui semblent animés d’une vie propre. Tout comme la caméra, tantôt apaisée, tantôt survoltée, toujours remuante, rebelle indépendante domptée à la perfection par WKW le maître des lieux, la passion des Hommes est confinée pour mieux exploser au visage du spectateur. Que de moments forts dans ce film.

D’Astor Piazzolla à Frank Zappa en passant par le Cucurrucucu Paloma de Caetano Veloso, la bande originale en parfaite harmonie avec l’ambiance est autrement plus profonde et percutante à mon avis que les quelques titres à répétition de Chungking Express. Des acteurs en passant par la mise en scène, les couleurs singulières et distinctes pour chaque plan, les décors tout aussi vivants que le reste (on croirait vraiment que les murs et autres portes vivent), ce drame romantique est affaire de grande passion pour tous ceux qui y ont participé, et se termine dans la vibrante mélancolie du retour au pays, là où le voyage se termine mais où le souvenir perdure à jamais.

Comme disait un de mes camarades : « c’est comme les chutes d’Igaçu: on peut le voir seul, mais on ne pourra s’empêcher de regretter que celui ou celle qu’on aime ne soit pas dans nos bras pour partager ce moment intense.  »

http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/happytogether/critiques.html

02/03/2011
http://www.senscritique.com/film/happy-together/8551229684488559/critique/drelium/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s