Bruce Lee contre Superman (猛龍征東) 1975


Ooouulalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalala….
0-00
Est-il vraiment nécessaire de s’étendre sur une bouse aussi purulente que cet énième bruceploitation, on verra bien jusqu’où j’aurais la force. La presque totalité des bruceploitation sont des bouses, ça au moins c’est clair. Il reste au final de gros nanars qui sortent du lot par leur sympathie plus ou moins attirante, La résurrection du dragon par exemple, parvient à un niveau nanar assez incroyable, alors que Big Boss à Bornéo bénéficie d’une bonne cote de popularité avec son trip Indiana Jones du pauvre. Mais alors là….

01 Katoooo

Alors là, c’est la misère de chez misère. Bruce Li Siu Lung est de la partie (qui d’autre oserait ?), et en face c’est Lung Fei qui s’y colle. Il joue Superman mais alors rien à voir avec LE Superman. L’histoire en gros : un scientifique à trouvé le moyen de changer le pétrole en nourriture, rien que ça, on sent le niveau. Un bandit bad guy nommé Superman flaire les débouchés de cette invention (ah bon y en a ??) et va tenter de kidnapper le scientifique, aidé par ses copains supermen, une bande d’acrobates sautillants (allons-y pour débiles) à masques de singe (deux d’entre eux, plus de budget pour les autres donc maquillage). Ils sont tous en combines moulantes noires avec des petites bandes blanches par ci par là, tout comme Superman, une petite cape de coton blanche en prime, tel un mouchoir ou un bavoir qui volerait au vent (et dans la figure).

05 Supermaaaaan

Pas de problème cependant, Bruce va s’occuper du moustachu, tantôt imitation habituelle du vrai Bruce qui change de tenue toutes les 5 minutes, tantôt Kato en noir dans la première scène (affolante course poursuite en voiture à 10 à l’heure suivi d’un combat post générique rigolo), tantôt frelon vert habillé en rouge avec cape noire (!) qui pause en haut d’une colline et c’est tout, son contrat ne devait pas préciser autre chose.

10 la claaaaaasse

Le frelon vert est aussi accompagné d’une sorte de Robin à lui, même costume noir et rouge et même masque découpé à l’arrache dans du papier craft cartonné qui lui aussi pause sur la colline. Sous ce masque, mouahahaha, un gweilo, baroudeur mal rasé à l’air bien d’équerre qui semble avoir été recruté affalé dan la rue en plein milieu de son voyage tripesque. S’y ajoutent d’autres gweilos, flics ou businessmen, enfin bref, plus beaufs les uns que les autres, jouant comme des pelles à tarte. J’allais oublié les chinois qui jouent des rois du pétrole saoudiens, du sur mesure.

09 le pote du frelooon

Et tout le monde a constamment l’air de se poser la même question : mais que se passe-t-il ? Qu’est-ce qu’on fout là ? Comme si personne ne savait trop quand ça tournait ou pas et s’interrogeant : c’est bientôt finiii ?? Bruce Li est habitué du nanar dans la même veine mais manifestement est encore plus à l’ouest que d’habitude, complètement perdu, lâchant des petits cris caractéristiques ou des kicks quand il faut le faire, mais « c’est vraiment parce que je suis payé », semble-t-il dire, et si seulement il savait quand il faut le faire. Même constat pour Lung Fei, bad guy d’expérience, avec sa plus belle panoplie moustache et brushing 70’s, largement perturbé de se taper la honte dans un costume à mourir… de honte.

03 frisbeeees

Un brin de scène hot nanarde où Bruce infirme une nouvelle fois la timidité légendaire du vrai Bruce avec les femmes. Du dialogue de complot en bonne grosse masse et des combats, oooouuuulalalalalalalalalala, des combats nombreux qui plus est, surtout avec une dernière demi heure bien remplie, mais alors oulalalalala, comment décrire une telle bouillie nanarde. Je ne sais… Superman ne vole pas mais saute sur trampoline, fait des pirouettes et s’accroche aux arbres. Ses copains simiesques font des grimaces, jouent au frisbees, à la corde à sauter, et roulent aux pieds de Bruce, quelles attaques mes aïeux !! Bruce (jolies lunettes guy) lance péniblement un kick ou deux, quelques poings sporadiques mais le plus souvent, il se met au milieu, là où il y a une croix, et attend que l’ennemi daigne approcher… Le combat final est à crever de balourdise et tous les autres sont extraordinairement lents et mal foutus aussi. Mise en scène tout pourri foutu d’avance, un véritable exploit nauséeux (réalisé par Wu Jia Xiang, le vénérable moine de Raining in the mountain !! et bien, et bien). Le montage quant à lui doit être l’œuvre d’un bigleux notoire.

04 tape cuuuuuul

Ouuulalalalala, c’est pitoyable, vraiment, des nanars kung fu, j’en ai mangé mais alors là, ooououulalalalalalaala, c’est le fond du fond de l’iceberg. Pour être concis, Moins fun que La résurrection du dragon, plus miséreux, plus pénible, mais des scènes très, très nanardes à se mettre sous la dent quand même et une mise en scène incompréhensible qui flirterait presque quelques instants avec Super Riders with the devil tant ça zap d’une scène à l’autre sans le moindre lien logique, et aussi un bon concurrent de Big Boss à Bornéo par moment, par moment seulement, pas assez de fun malgré le titre alléchant. En VF et à plusieurs en dernier recours.

07 le frelon veeeert

06 gweiloooos

02 Kato va kicker

08 nunchakus jaauuuunes

11 Superman encoooore

http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/bruceleeagainstsupermen/critiques.html

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s