Eternal family (永久家族) 1997


Breaking Show
3-75
Dans la droite lignée du style hystérique de Noiseman Sound Insect, voici à nouveau 30 minutes folle furieuse de pur Morimoto. Diffusé à l’origine à la télé sous un format lui aussi très spécial puisqu’il s’agissait de 53 épisodes de 30 secondes chacun, un dvd sorti en 2004 propose la compile de tous ces petits morceaux réunis pour 30 minutes chaotiques mais cohérentes et hautement dynamiques.

On suit tant bien que mal une expérimentation future qui consiste à reformer une famille après avoir sélectionné des orphelins et des solitaires en leur lavant le cerveau et en les insérant dans un espace clos qu’ils considèrent eux comme toute leur existence. Cette expérience devient vite un show télé à succès de la Yoshi TV qui se rapproche sur le principe d’un Truman Show familial. Chaque mini partie du récit est d’abord entrecoupée d’une chasse que l’on tire comme pour signifier la remise à zéro de l’expérience et mieux repartir sur un nouveau scénario. Par exemple, les premiers épisodes montre le père, Ben, assis à un resto qui allume un briquet alors que les manipulateurs du programme insérant tour à tour des personnages différents dont sa pseudo fille aînée, Akiko, une pyromane en puissance, et analysent ainsi les réactions de chacun. Une fois la famille constituée et présentée par le père lors d’un show digne de Running Man, tout ce petit monde s’agite en chœur dans leur appart et enchaîne quelques délires futiles comme une séance de tags. Problème, la famille bien qu’ignorante parvient à enrayer accidentellement le processus, à noyer leur « chez-eux-bulle » suite à une fuite de leur wc (logique) puis, expulsés comme on expulse les excréments en tirant la chasse, ils débarquent dans la vraie ville pourchassés par une milice de la Yoshi TV tandis que la population s’ébahit de les rencontrer enfin en chair et en os.

Autant dire, que le chaos est de mise. Le format de 30 secondes par épisode ajoute énormément à l’hystérie et permet aux animateurs de condenser le tout pour ne laisser qu’un minimum de temps mort mais aussi de partir sans vergogne dans tous les sens. Une fois la famille échappée, l’expérimentation assez déroutante du départ laisse place à un récit un brin plus clair et linéaire où l’on assiste avec bonheur à une chasse à l’homme délirante où chaque membre fait preuve de ses « dons » (voir super pouvoirs) pour se dépêtrer de la milice qui les chasse. Donc, dans le rôle de la famille Hanada bien déglinguée, nous avons le père Ben, petit trappu moustachu showman travesti refoulé inséparable de sa poupée gonflable équipée d’une caméra buccale, Akiko la sœur aînée divorcée qui devient folle lorsqu’elle voit une flamme, Tamasaburo le chien poilu larvesque, Michael le tout jeune bébé adepte des ciseaux, Sasuke le fils amoureux du canardage intensif à la mitrailleuse et accro à l’O2, Ako la femme gentille un peu à la ramasse et enfin la fille cadette Sae qui tire la tronche sans arrêt et ne s’exprime qu’au travers de sa marionnette qui est aussi son opposé. Ah oui j’oubliais le poulet fou vite déplumé par Michael.

Extrêmement maîtrisé et dense aussi bien techniquement que visuellement, plutôt léger et délirant thématiquement, accompagné de techno 90’s, d’ambient electro ou de rock nippon, on retrouve le chara-design anguleux et distordu de Noiseman, bref la patte typique de Morimoto qui confère une animation aussi fluide et rapide que morcelée. Un pur moment de folie assez déstabilisant de par son format tout de même mais qui vaut le détour.

http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/eternalfamily/critiques.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s