Centipede Horror (蜈蚣咒) 1982


Largement surestimé à part un gros morceau de bravoure.
1-00
Kay passe des vacances dans le sud est asiatique avec une amie et se fait attaquer par une horde de 1000 pattes. Elle meurt peu après à l’hopital dans d’atroces souffrances. Son frère accompagné de sa fiancée retournent sur les lieux de l’attaque et tentent d’éclaircir ce qui semble être l’oeuvre d’un puissant maléfice.

Encore un film sorti des profondeurs putrides de l’horreur HK, film de sorcellerie avant tout, dans la lignée de Red spell spells red, film de bébêtes accessoirement, avec des 1000 pattes cette fois-ci, dont le final rappelle en beaucoup plus court l’attaque des serpents de Calamity of snakes, et film surtout largement surestimé qui ne vaut réellement que pour son final, 25 minutes tout de même en étant très large. On a droit à un combat de sorciers, l’un aux commandes de poulets squelettes enflammés et volants (très très cheap mais quelques plans serrés et un montage bien dark), l’autre disposant d’une horde de 1000 pattes qui attaquent un vieux couple puis la chambre du jeune couple principal. Pas grand chose à se mettre sous la dent même là, à part la caméra qui s’attarde sur les centaines de bestioles qui s’agitent à terre (beaucoup moins trash, crispant et convaincant que Calamity à part le grouillement sonore adéquat), une ambiance de sorcellerie typique et glauque, et une BO cadavérique synthé 80’s très proche de The Thing de Carpenter. Ce serait quasiment tout, et bien moins que Calamity ou Red Spell, si il n’y avait pas le gros morceau de bravoure du film.

Grand coup de chapeau donc à Margaret Lee Ding Long pas très à l’aise (on le serait à moins) qui nous pond une grosse quiche de 1000 pattes vivants vraiment crade et insistante qui n’a et n’aura sans doute aucun équivalent dans toute l’étendue du cinéma mondial. Un film très sérieux mais vraiment trop bavard, plus encore inintéressant au possible dans son développement, et traîne-savate comparé aux autres références underground du genre, déjà loin d’être parfaites, dont celles citées plus haut. Le petit exorcisme d’une femme qui finit par recracher des scorpions bien balèzes peut être ? Ouais bon, c’est court et ça pousse pas loin.

http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/centipedehorror/critiques.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s