Le Frelon Vert (The Green Hornet) 2006


Un petit court qui en a sous le pied !
3-25
Tourné à Paris avec des moyens dérisoires (1500 euros de budget !) et reprenant le légendaire duo de la série le Frelon vert, ce trop court métrage de 10 minutes, mérite amplement le détour et un peu de promotion tant la maîtrise générale y est bluffante. Passons outre la teneur toute relative du scénario qui n’a le temps de poser qu’un échantillon de film noir d’action à base de super justiciers, Aurélien Poitrimoult et son équipe offrent avant tout une réalisation stylée, dynamique et très soignée en forme de démonstration de leurs capacités.

Filtres verdâtres Matrixien, mégalopole abstraite et cieux tourmentés Gotham Cityesque, contre plongées vertigineuses très Dark City dans l’âme, pluie esthétique à la Coréenne, mise en scène inventive sans excès de gratuité, les SFX certes limités y sont très réussis et utilisés avec mesure pour porter l’ambiance sans jamais tomber dans le tape à l’oeil. Non content de dégager une maîtrise technique et esthétique digne de louanges, surtout avec des moyens aussi minimes, l’action chorégraphiée par Emmanuel Lanzi, vu dans les bonnes tataneries françaises du moment, y est très engageante bien que trop courte. Le combat (trop court !), serré, réaliste et hargneux à souhait, déploie une belle palette de spin kicks impeccables pour Kato, de poings réalistes et terriens pour le Frelon Vert, d’angles bien choisis et de bad guys eux aussi convaincants, toujours sans en faire des tonnes. Il faut encore ajouter la classe du duo de super justiciers, peu bavard mais respectueux de l’original, constitué d’Emmanuel Lanzi en frelon vert, classe indéniable et trogne saillante bien spécifique, et de Patrick Vo, petite bombe martiale déjà vu dans HK et 6 Hours notamment, bien imprégné du Kato de Bruce Lee. Les costumes impeccablement coupés, repassés, sobres et stylés ajoutent encore au bel hommage du duo tout droit sorti des 70’s remis au goût du jour avec une fraîcheur chorégraphique et une ambiance sombre réaliste et Comics à la fois qui montre un beau respect du genre. François Ferracci aux SFX et autres matpaintings, David Goldenberg à l’excellent montage sonore, Dominique Legitimus à la musique originale, autant d’intervenants supplémentaires de qualité qui permettent eux aussi d’élever le niveau technique général.

Visant la démo fignolée et bétonnée dans presque tous les compartiments, à la différence d’un nombre incalculable de courts d’action qui n’ont que leurs combats à offrir, ce Frelon Vert est une belle surprise qui n’a pour limite que son budget et sa tendance à passer pour un teaser, nous laissant clairement sur notre faim tout en donnant très envie d’en voir plus. La déception viendra donc de son générique final 70’s en bichromie vert et jaune de presque 2min30 (!), certes avenant et lui aussi maîtrisé, mais un peu trop envahissant. On ne peut s’empêcher de penser qu’il squatte la place à un combat final que l’on attendait avec une délectation non dissimulée. En 10 minutes, Aurélien Poitrimoult, ses acteurs et son équipe, parviennent néanmoins à nous plonger dans l’ambiance de leur court jusqu’à pester contre le manque de moyens qui nous privent d’une oeuvre plus longue. A suivre donc.

http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/frelonvert/critiques.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s