La Bête Aveugle (盲獣) 1969


Un sculpteur aveugle enlève et séquestre dans son atelier un modèle pour la soumettre à l’empire des sens afin qu’elle devienne une statue idéale. Comprenant après plusieurs vaines tentatives qu’elle ne pourra fuir ce cauchemar, la victime est peu à peu attendrie et envoûtée par son bourreau…

Du B classique à l’apothéose baroque.
4-00
Sans jamais se montrer franchement subtil côté répliques, « La bête aveugle » passe sans prévenir d’un petit B kitch de séquestration sans grosses prétentions aux vagues accents Freudiens à une envolée viscérale quasi quintessence de l’exploitation nipponne. Au coeur d’un décor unique multi-protubérant aussi morne qu’étrangement matriciel, le duo principal très impliqué, au moins tactilement parlant, monte en puissance comme pour mieux s’abandonner au final. Jamais voyeuse, la mise en scène sans relever aucun exploit esthétique nous emporte finalement vers cette ultime descente aussi rapide que vertigineuse dans les affres des corps et du plaisir. Le corps de MIDORI Mako est il faut bien le dire un champ d’investigation prometteur qui est on ne peut mieux cerné et magnifié au cours du ballet sensuel et macabre qui se met en place. Au final film symbole et puissant, « La Bête aveugle » n’en prend pas moins son temps pour réellement décoller.

http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/moju/critiques.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s