Le Prince et l’Arnaqueur (爛頭何) 1979


Scénario ridiculement minimal mais nombreux affrontements qui font passer le tout.
3-00
Ma foi, agréable petite surprise que ce Liu Chia Liang qui s’en prend un peu trop plein la figure à mon goût en ces pages. Certes, le scénario très dépouillé ne va pas en la faveur des faibles capacités de dramaturgie du sifu Liu Chia Liang, mais le rythme est constant et je m’étonne vraiment de lire qu’il n’y a pas de combats alors que tout le film peut se résumer à une suite d’affrontements. Certes, Sifu oblige, il s’agit davantage d’affrontements typiques du kung fu dans tous les aspects de la vie que de vrais combats, mais ces généreuses évaluations martiales entre Gordon Liu et une suite ininterrompue d’adversaires qui doivent rester discrets apportent une dose largement satisfaisante. Le long final contre Le trio mené par Lo Lieh en forme, sans rien révolutionner loin de là, est d’un niveau très digne du maître des chorégraphies old school.

Le film pêche surtout par une absence totale de vrais tenants et aboutissants et préfère se perdre dans une suite sans fin voir finalement sans vie de combats gentillets sans enjeu ni réel intérêt, pour certains assez inutiles, longs, voir gonflants, comme le passage contre la bande des 7 tristes et celui contre les faux estropiés tous deux très comiques lourdingues. La qualité des chorégraphies et de la réalisation technique reste pourtant digne du Sifu et le tout me semble loin d’être mauvais. Surtout que la fin approchant, les affrontements deviennent de plus en plus ouverts et percutants.

Le plot se repose beaucoup trop sur le fait que le prince (Gordon Liu), grand amateur d’arts antiques, doit garder son identité secrète. Il doit donc se battre contre de multiples adversaires sans avoir l’air de rien, en faisant mine de découvrir des oeuvres d’art présentées par un traître à chaque fois. Du coup, la relation Maître / élève, Gordon Liu le prince / Wong Yu l’arnaqueur, bien qu’originale et sympa au départ tourne rapidement à vide jusqu’au final qui clôt brutalement le film sans développer grand chose. Mais le tout reste assez rythmé et maîtrisé pour valoir un petit coup d’oeil, surtout si on aime le Sifu. L’ambiance faussement légère et ludique m’a semblé au final plus plaisante que pénalisante et il manque surtout un vrai relief qui porterait le tout.

http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/dirtyho/critiques.html

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s