Magic of spell (新桃太郎大顯神威) 1988

Magic of Spell - 桃太郎大顯神威 - (1988)
Un délire fantastique par l’équipe d’Heroic Fight = je fonce.

4-00
J’ai une tendresse toute particulière pour ce wu xia pian fantastique irrésistiblement fou où le grand méchant du film, joué par l’excellent (mais inconnu) fighter taiwanais Chen Shan, porte un peignoir lilas et rouge, deux canines vampiresques inopportunes, une superbe touffe de cheveux blancs éclatés et un rire démoniaque dans le top 10 du genre, si vous voyez ce que je veux dire… Alors, c’est peut-être pas un film mais si y en a qui veulent retomber en enfance, c’est par ici.

Réalisé par l’équipe de A Heroic fight, comprenez : je fonce, Magic of spell est une aventure psychédélique pour enfant. Infantile, il l’est fortement, ce qui n’empêche pas au passage de voir tous les protagonistes (des enfants aux grands-mères) pisser le sang et se faire sévèrement dérouiller. Malheureusement, la première partie tout d’abord sympathique tourne ensuite un peu à vide jusqu’à ce que la comédie entre la grand-mère et l’élève clownesque prenne fin. Mais à partir de là… veuillez préparer vos yeux s’il vous plait… C’est du Chiu Chung Hing dans un délire fantastique sans égal, et je dis bien sans égal. Avec sa dynamite personnelle, la toute petite et incroyable Lam Siu Lau, et une troupe de warriors superbement Taiwanais (comprenez attifés comme c’est pas possible), le final d’une demi-heure est une apothéose Taiwanaise au pendant HK qu’est le wu xia fantastique psychédélique.

Très référencé aux films d’aventures mystiques comme Holy Flame of martial world, Buddha’s Palm, Demon of the Lute, etc, Magic of Spell copie les ficelles du genre, mais Chiu Chung Hing a décidément l’esprit du réalisateur / chorégraphe / scénariste / artisan hyper créatif et complètement allumé spécialisé dans les chutes vrillées qui font mal et les gadgets impossibles.

L’attraction principale reste sans conteste le final d’une demi heure qui est un délire à élever au rang de grand classique incontesté des finals les plus surdécoupés, frénétiques, et inarrêtables. Un bijou de n’importe quoi magnifique, une sorte de Bataille des planètes entre quatre gamins surpuissants et une poignée de méchants drogués (de la gargouille volante au moustachu vert et son rocher géant (Yeung Hung le terrible !)) dans un énorme faux château à la Musclor.

Les décors en carton pâte mais aussi naturels, les éclairages criards et la bande son folle furieuse ne sont pas en reste ce qui fait d’autant plus plaisir. Dommage, ce gros creux au milieu, vraiment dommage… De la belle folie décadente assurément.

http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/magicofspell/critiques.html

30/06/2011
http://www.senscritique.com/film/magic-of-spell/8301303062767819/critique/drelium/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s