Revanchist (新報仇) 1994

revanchist
Un truc de fou
3-75
Si éloignés des références soient-ils, il y a des films comme ça où c’est tellement beau de n’importe quoi que toute objectivité vole en éclat au détriment de la raison. Le plus fort ici ne vient pas forcément de là où il est attendu. Car il ne s’agit pas d’une sorte de Mirage où tout explose à la chaîne, ce n’est pas non plus une bisserie psychotronique à proprement parlé où tout vole sans arrêt. ça se rapprocherait plus d’un Boxer From Shantung revisité façon heroic bloodshed début 90’s avec les moyens du bord. L’action n’est pas le principal même si elle est complètement timbrée ça c’est certain.
Il s’agit davantage d’un drame mafieux tellement jusquauboutiste, extrême et caricatural qu’il laisse bouche bée d’incrédulité même au regard des plus obscurs films de triades hongkongais. Revanchist s’en va vers un truc de dingue chargé d’un premier degré sadique à toute épreuve et de héros caricaturaux juste remontés à bloc. Il est clair que le final tarde à faire réellement exploser le tout, mais c’est surtout l’attitude et les réactions des personnages, le bad guy tout en crescendo (hallucinant ZHANG Feng-Yi), plus méchant c’est impossible, et le vieux parrain (WONG Hap) qui nous réservent de belle surprises.
Pour couronner le tout, les chorégraphies sont d’une brutalité primaire rare (ou indéfendable au choix). Très peu d’échanges de coups longs, les protagonistes volent dans tous les angles et se balancent des kicks qui font voler à 15m déchargeant par la même occasion des flingues à faire passer Chow Yun Fat pour un radin, dans une gerbe typiquement Taïwanaise dans l’âme de câbles parfaitement visibles noyés dans un montage indescriptible de boxon sur-découpé (images subliminales à l’appui*). Bref, on est loin des références techniques en la matière mais ce Revanchist reste d’une violence bis hallucinante qui se paie le luxe de prendre bien son temps pour installer les personnages, se pavanant sans honte tel un Parrain du très pauvre en puissance.

nb : Alexander Lou en bras droit d’un des parrains ne fait qu’une apparition rapide, Lau Sek Ming joue le héros Fansiuwonguesque. Les chorégraphies ressemblent dur à du Taïwanais. Épileptique ou fragile du cou, s’abstenir.

*Et oui, figurez vous qu’à un moment, un combattant se fait méchamment briser les glaouis et là on voit subrepticement un plan de 2 œufs se brisant à terre… Superbe.

http://www.cinemasie.com/fr/fiche/oeuvre/revanchist/critiques.html

Publicités

Une réflexion sur “Revanchist (新報仇) 1994

  1. Oh mon dieu que ça m’a fait rire cette image subliminale en plein combat! On se demande ce que ça vient foutre là, dans ce film on ne peut plus sérieux, mais au moins ça marque les esprits! ^^
    J’accroche parfaitement à ta critique sur le film…
    Il manque un peu plus de combats et c’est vrai que les échanges de coups sont effectivement trop courts.
    Mais avec les moyens du bord, c’est plutôt bien torché dans l’ensemble.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s