Drive (2011)


Un cascadeur tranquille et anonyme se métamorphose dès que la nuit tombe : il devient pilote de voitures pour le compte de la mafia. La combine est bien rodée jusqu’au jour où l’un des casses tourne mal et l’entraîne dans une course-poursuite infernale. Il veut se venger de ceux qui l’ont trahi…

Dry
2-75
Une masse du public en extase, une presse dithyrambique, un paquet de conquis divers et variés quasi unanimes. Même le projectionniste avant la séance me sort un « ça fait bien longtemps qu’on a pas vu un film aussi bon ! », le réalisateur de Pusher, Bronson et de Valhalla rising… Gros espoir donc, mais prudence malgré tout.

La contemplation un poil vaine mais belle et sauvage de Valhalla rising passait bien pourtant. La violence gratuite et la folie de Bronson flamboyait bien aussi. Pusher m’a conquis aussi. Bref, la mise en scène épurée de Winding Refn et ses idées de violence tordue, je prends. Les moments de suspensions interminables, la ville, les matières, la nuit, c’est très beau et ça mérite son Prix de la mise en scène.

Oui mais le scénario, c’est Le Transporteur. Alors puisque tout le monde descend Le Transporteur en flammes, je vois pas pourquoi il faudrait passer outre avec Drive sous prétexte que c’est beau comme une ville la nuit.

L’ambiance ? Le mec se prend pour un Chivers… Il y a d’ailleurs un bon je ne sais quoi de French touch « filmons le vide de l’instant avec la classe bobo » dans tout ça. Ryan Gosling se mue en prototype plastique du rebelle mais derrière son regard : rien. C’est Jason Statham dépressif et muet.

La musique french electro New Disco House 80’s Valérie et compagnie trip collé au fauteuil « trop cool la BO », c’est bien, mais quand c’est partie intégrante d’une scène et non plaqué tel quel sur les images, c’est mieux.

L’action ? La première scène est excellente, belle tension, beau réalisme, la meilleure du film. On y croit. Après, il faut quand même m’expliquer comment une caisse qui fonce deux fois à pleine balle dans une autre caisse a encore ses deux phares avant impeccables le plan suivant pour éclairer la falaise adéquatement, ou comment un mec de 2 mètres avec un flingue peut se faire rosser par une pichenette d’un gringalet comme Gosling. Bref, l’action est censée être secondaire de toute façon.

La tension ? Ce qui vaut pour un film d’action vaut aussi pour un film « tu la sens ma grosse contemplation », d’autant plus s’il se prend au sérieux. Je comprends pas bien comment on peut se palucher devant une grosse partie du film qui n’est qu’une romance digne de Danny the dog… Carey Mulligan est insupportable. Le mari voyou a forcément une tête de terroriste. Les caïds sont méchants mais basiques à outrance. Ryan Gosling louche quand il regarde trop longtemps fixement et son pote garagiste est le prototype du vieux sur le retour. Oui mais on s’en fout, c’est beau, c’est la classe. Oui mais non. Ce vide thématique tue toute l’ambiance si méticuleusement mise en place.

On y est allé à 4 pourtant, et à la sortie, on avait tous les 4 le même avis : mitigé.


http://www.senscritique.com/film/drive/2901230434344012/critique/drelium/

Publicités

5 réflexions sur “Drive (2011)

  1. Ouh la, tu me fous une migraine. Un seconde que le trouble se dissipe.

    « Drive », c’est aussi le meilleur film de super-héro vu jusqu’ici. Un super-héro à l’allure cow-boy jouant avec son cure-dent doté d’une classe peu commune. Un Ryan Gosling qui suinte à chaque plan d’une aura vertigineuse où les battements de coeur destinés au personnage de Carey Mulligan traverse l’écran de part en part. On ressent les mêmes soubresauts venant de l’actrice dans ces silences et ces regards échangés. Merde, c’est beau.
    Il y a la B.O. aussi. Elle nous transporte littéralement en apportant un plus non négligeable à l’atmosphère du film.
    Les scènes d’action nous explosent en pleine figure, nous laissant pour mort sur le bas côté de la route avant de nous récupérer et nous trainer dans cette chasse grandeur nature. Chasses au pluriel, devrais-je écrire.
    J’aime les cassures qui parsèment le film, ces mafieux balourds et à l’ouest. J’aime cette ambiance éthéré mais aussi tout à la fois son aspect sombre tellement terre à terre et outrageusement maquillé pour masquer cette “réalité”. AMEN à Refn ! Il m’a mis la même claque que j’ai eu par le passé en voyant sa trilogie “Pusher”.
    A contrario, je peux comprendre les mauvaises critiques à son encontre. Pour ma part, il est sans doute LE film de 2011. Mon enthousiasme pour “Drive” est sans borne, sans frontière…

    Après je suis d’accord avec toi sur les phares nickels chrome après avoir tapés la voiture du mafieux. Quelle erreur ! Ca m’a fait tilt et même irrité sur le coup. J’ai voulu me lever pour crier : coupez ! On la r’fait !

    Sans ça on y est allé à 2, et à la sortie, on avait tous les 2 le même avis : transporté.

    (t’étonnes pas si tu retrouves les mêmes mots sur SC ^^)

    1. Je vois bien ce que tu veux dire mais je n’ai absolument rien ressenti si ce n’est de l’emmerdement pour ma part. Alors que j’ai vraiment kiffé Pusher dont l’histoire est on ne peut plus noire et dépressive. Mais aussi autrement plus profonde que l’amour du héros violent et de sa petite innocente en perdition, j’en ai soupé. Ce scénario est vraiment trop maigre pour me transporter vers quoi que ce soit de ce qu’il veut montrer à l’image. Et la musique a beau être bonne, elle est collé sur les scènes de façon beaucoup trop ostentatoire pour me convaincre. En particulier la scène où elle est dans son appart à l’anniv, et lui dans le couloir, c’est vraiment beaucoup trop dégoulinant et caricatural pour véhiculer une émotion.

  2. Je rejoins ID. Une claque ce film (peut-être aussi parce que la concurrence est faible ?). J’ai adoré, j’ai fait fi des quelques grossièretés scénaristiques sur la fin (genre « la coïncidence qui tue », pffff), mais j’étais tellement « dans » le film que c’est passé malgré tout. J’aime bien ce réal, j’ai même apprécié VALHALLA RISING !

    1. Ah mais j’aime bien Vallhalla aussi. En fait, j’ai vu tous les Refn et pour moi Drive est le moins bon comme ça…
      Tiens, du coup, j’ai ajouté ma chro de Bleeder

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s