La Vie privée de Sherlock Holmes (1970)


Dans leur appartement de Baker Street, Holmes et Watson voient arriver une jeune veuve sauvée des eaux de la Tamise. Se nommant Gabrielle Valladon, cette dernière semble amnésique mais va vite retrouver la mémoire. Le fin limier et son équipier vont être entrainés dans une enquête hors du commun, où ils croiseront Mycroft Holmes, le frère de Sherlock, la reine Victoria et le monstre du Loch Ness.

Cher Loch Ness
3-50
La première demi-heure est telle qu’attendue explorant magnifiquement le revers de la médaille du glorieux Holmes. Tout est très bien dialogué, et ça ne faiblira pas par la suite de ce côté là. Robert Stephens est bourré de charme tout comme Colin Blakely est un truculent et magnifique Watson. L’ambiance est assez unique pour être remarquable et il s’en faut de peu pour être emporté par la démarche.

C’est plutôt que l’enquête est totalement accessoire et pas du tout passionnante, surtout pour qui succombe aux charmes de Holmes le détective. Évidemment, me direz-vous, c’est volontaire. Holmes succombe lui aux charmes de Geneviève Page. Or, c’est loin d’être mon cas… c’est éclaté, varié, décalé, aussi léger que pesant comme une brume. C’est bien pensé (***spoiler***on arriverait même à rendre crédible un sous-marin de nains déguisé en monstre du Loch Ness***spoiler***), c’est joli, mélancolique et tout ça, mais c’est quand même une heure et des bananes centrées sur une enquête qui n’en est pas une. L’une des enquêtes les plus décevantes et les moins passionnantes du célèbre détective, comme il le dit lui-même à la fin. Et non, je n’ai pas trouvé ça excessivement drôle non plus.

Élémentaire oui, mais quelque part un peu naïf aussi. Car malheureusement, pendant ce temps, on n’en apprend pas beaucoup plus sur les dessous de Holmes. Tout juste, on voudra nous faire avaler qu’il a été aveuglé par le charme Teuton. Mouais. A part ça, Holmes avance quelques indices éparses rapidement tombés du panier pour faire avancer une enquête sans objectif alors que nous savons tous, même lui, que cette femme est louche d’entrée. La première nuit est belle de non-dits. Il y a de beaux moments qui s’en répercutent comme celui de l’ombrelle mais j’ai bien eu du mal à le croire perturbé par l’amour.

Néanmoins, je n’ai pas revu les autres Sherlock depuis l’enfance, donc je risque peut-être de me faire mal en commençant par celui-ci qui constitue peut-être une des versions les plus originales et les mieux interprétées. Quoique j’ai vraiment eu beaucoup de mal avec Geneviève Page…

sherlock
http://www.senscritique.com/film/la-vie-privee-de-sherlock-holmes/3871229865876331/critique/drelium/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s