Les Filous (Tin Men) 1987

tinmen2

L’étoffe des nabots
3-50

« Les Filous » (honteux titre français volume 100) est une bonne petite comédie 80’s qui n’a pas à rougir devant les caïds « Un fauteuil pour deux », « Le plus escroc des deux » ou encore « Quoi de neuf Bob ? ». D’ailleurs, je sais à peine pourquoi je ne le monte pas plus tellement la première heure est drôle et surtout, c’est fin et loin d’être creux.

Un petit accrochage entre deux voitures entraîne un litige entre les deux conducteurs qui se transforme en guerre d’égo, tous deux représentants sans pitié entourés chacun de leur petite bande de commerciaux plus ou moins vieillissants. Dans la grande tradition 80’s, on a droit à un face à face entre deux larrons qui pour une fois ne luttent pas entre classe, bien au contraire. Ce n’est pas le riche contre le pauvre puisqu’ils sont tous deux représentants, en plaques d’aluminium !

A travers une descente plutôt habile des méthodes sans scrupule des VRP aux dents longues, ça aurait pu être des lave linge ou des aspirateurs ça aurait été la même, Barry Levinson dresse un portrait de cette Amérique des classes moyennes accro à la consommation et à l’argent, prête à toutes les manigances pour afficher sa réussite, quitte à oublier les vrais problèmes. Les deux cadillacs du litige en sont une belle image (ils ont tous des Cadillacs d’ailleurs).

Barry Levinson n’oublie pas d’être émouvant. Les deux vendeurs ne sont pas de simples cons. Ce sont avant tout de grands enfants irresponsables. Et il n’est pas question de dire que les représentants en plaque d’alu sont des losers. Ils l’aiment leur métier bon sang ! Ils magouillent comme des ours et auront fort à faire avec le Fisc et la ligue de contrôle de leurs méthodes de vente mais ils n’en sont pas pour autant des sans coeur.

Le duo principal, Danny de Vito contre Richard Dreyfuss, est excellent, avec Barbara Hershey au milieu en position d’enfant / femme / mère des deux hommes persuadés de leur valeur. Aucun ne veut lâcher du leste de peur de perdre la face comme s’ils allaient perdre une affaire capitale. Les répliques fusent, De Vito est tout excité comme d’habitude et Richard Dreyfuss a toujours la classe même quand il essaie de piquer la femme de son ennemi.

Bref, c’est drôle, enlevé et précis, certes plus gentil la fin approchant mais c’est sans dommage. Je le recommande.

http://www.senscritique.com/film/Les_Filous/critique/17302780

tinmen3

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s