Le Hobbit : Un voyage inattendu (The Hobbit: An Unexpected Journey) 2012

hobbit

« Run you fool ! »
3-75

Ah c’est boursouflé y a pas. Je crois que le pire moment copier coller, c’est quand Gandalf se cache derrière une pierre et apparaît au dernier moment pour crier « This way you fool ! »… Là, c’est flagrant, tout y est, la scène mal placée qui ne sert à rien, la réplique reprise inutile, le blanc qui suit un peu honteux pour faire rire. C’est pire pour l’amateur que les rots de nains au début, même si plus attendus dans leur champ lexical. Sans compter qu’il y a au moins quatre ou cinq scènes où Gandalf crie « Fuyez ! » et la musique s’emballe et le travelling démarre. Au moins les rots, c’est qu’une fois.

Y a aussi la musique d’Howard Shore, belle mais super énervante pour ma part. La contée, musique de La contée, l’anneau, musique de l’anneau, Galadriel, musique de Galadriel, Un Ouarg, musique du Ouarg, Gollum, … C’est systématique, comme tous les copier coller de mouvements de caméra et le reste du reste. Pas une surprise, on se croirait au fast food.

Mais bon, y a de l’orc, du gobelin, du géant de pierre, du troll, du travelling King Kong avec des maquettes qui en jettent, un dragon pas attendu mais un dragon quand même, Gandalf, des nains agiles. Je peux pas résister à ça. En fait, dès que ça change un peu de l’original, je valide même si c’est boursouflé. Le magicien super héros des animaux avec son traineau, je valide. L’Orc pâle par contre, je valide moyen, c’est même lui qui gâche un peu tout. Il ne fait rien, c’est phénoménal. Par contre le passage chez le Roi gobelin est d’ores et déjà un classique et laisse espérer beaucoup pour la suite.

C’était mal parti pourtant avec le passage interminable dans la maison de Bilbon bardé de flashbacks et de chansons de nains. Et puis je dois dire que le passage avec Gollum est lui aussi interminable et bien frelaté malgré les nouveaux progrès techniques. Lorsque Bilbon pardonne Gollum par exemple, Martin Freeman est pourtant impeccable tout le long, ça lui va bien Bilbon, on se croirait dans H2G2, mais le moment est tellement attendu et étiré qu’il sonne faux.

Mais bref, je balance pleins de défauts comme d’hab pour dire qu’on le voit bien qu’il y a plein de trucs tout moisis, mais c’est là qu’on voit que Jackson fait à peu près le même poids que Lucas désormais. On va pas se refuser ce petit plaisir malgré tous ces tics. C’est quand même du massif d’Heroic Fantasy filmé. Je pardonne tout pour le moment.

ps : Sinon on peut en venir aux extrêmes. Pourquoi ils prennent pas directement les aigles pour atterrir à la fin du film ? Ils se feraient moins chier…

pps : Bon, le truc, c’est que comme à chaque fois avec Peter Jackson, une fois que tu as vu les versions longues et les 10 heures de bonus qui vont avec chaque volet, tu te montres beaucoup plus conciliant et tu finis même par aimer franchement…

The Hobbit: An Unexpected Journey

THE HOBBIT: AN UNEXPECTED JOURNEY
http://www.senscritique.com/film/Le_Hobbit_Un_voyage_inattendu/critique/17690825

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s