Rendez-vous (The Shop Around the Corner) 1940

rendez-vous

« psychologically, I’m very confused… But personally, I don’t feel bad at all… »

4-00

À quelques détails près, c’est super, il faut bien le dire. Tout est millimétré, l’ambiance est vivace, enjouée et se révèle si pertinente comparée à tout boulot à échelle d’entreprise familiale qui prend toute une vie que tout cela est d’autant plus charmant. Et c’est si bien réalisé forcément. J’ai aimé Franck Morgan le patron humain, j’ai ri sur William Tracy le jeunot opportuniste, j’ai jovialement détesté Joseph Schildkraut le vendeur faux jeton et précieux, j’ai absolument adoré Felix Bressart, je l’adore à chaque fois en fait, j’ai prié aussi James Stewart si subtil…

Mais James, comment peux-tu t’armer d’autant de patience, de tact et de non-dits pour cette…

… Non mais il me faudrait un montage sans les scènes avec Margaret Sullavan pour bien, mais il resterait plus grand chose. C’est un problème j’en conviens, et je manquerais les autres acteurs, ou alors quelqu’un d’autre, une femme différente… Parce que je lis Aurea : « les deux héros commencent par se détester cordialement pour finir dans les bras l’un de l’autre. » Doux euphémisme ! Ils finissent dans les bras l’un de l’autre le dernier plan ! TOUT le reste du film, ils se détestent cordialement mais c’est même pire que ça parce que je veux pas être taxé de tous les noms de brutes mais James est plus que conciliant et ouvre la porte un nombre incalculable de fois tout en cachant la vérité pour des raisons pas toujours crédibles, mais elle ! Avec ce ton de sainte nitouche horripilante qui ne comprend rien, totalement aveuglée par ses lettres romantiques qui sont de James et on le sait depuis le débuuuuuuuut ! Oulala, qu’est-ce que ça peut m’énerver, d’autant plus quand on devine ce qui va se passer et que plus la fin approche, plus tout le monde devient mielleux à souhait, en particulier James qui ménage Margaret…

….

Purée de chaise mais tu pouvais pas le dire dés le début que t’étais psychologiquement confuse mais que personnellement ça allait bien, t’aurais vu que James t’aimait tellement ça crevait l’écran banane… Pimbêche… Et calculatrice en prime… Dur.

SC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s