The Grandmaster (一代宗師) 2013

grandmaster

2-75

Bon d’accord, c’est mauvais. Mais rappelons tout de même que « Les Cendres du temps » en 94 était aussi chiant pour beaucoup de monde alors qu’il était aussi martial et romantique et que même en 90, « Nos années sauvages » en a découragé plus d’un. Donc, si WKW est devenu chiant et vain dans son traitement visuel, ça d’accord, oui pas mal, sur le fond c’est toujours un peu du WKW. Il s’agit aussi d’entrer ou non dedans comme d’habitude avec le réalisateur.

Zhang Ziyi et Tony Leung, froids comme la pierre mais pas mauvais pour autant, offrent quelques beaux moments malheureusement noyés sous la confiture. Le précepte connais toi, connais le monde, connais les autres n’est pas inintéressant au regard de leur parcours qui présente pour changer une femme vengeresse et un homme pondéré qui ne manquent pas de sensualité et de connivences.

Et je dois dire que même si on a beaucoup l’impression d’être dans Hero 2, ces bonnes vieilles rencontres entre maîtres sont approchées de manière toute personnelle au réalisateur en appuyant de nombreuses notions propres à la voie martiale, au kung-fu et au wing chun en particulier. Parallèlement à nos deux amoureux platoniques et leur voie épiscopale, il s’agit de l’émergence du wing-chun comme synthèse d’innombrables écoles en une forme épurée, simple et dépassant les styles qu’il soit du Sud ou du Nord.

Donc oui, tout de même, pour un amateur de kung-fu, ça peut passer, pas parce que ça fait Matrix malheureusement ça non, mais parce que chaque mouvement est détaillé à l’extrême que ce soit pendant un combat ou non, et laisse entrevoir les failles et les regards des Maîtres dans toute leur logique martiale.

Donc tout à fait personnellement, oui j’ai trouvé ça mauvais mais moins pire que prévu. Les combats sans enjeu sont sans originalité et outrageusement ralentis et esthétisés ce qui détruit pas mal de la prestance des maîtres qui flottent beaucoup trop maladroitement (et Tony Leung est un grand acteur mais c’est pas vraiment une référence martiale aussi, c’est même plus du niveau d’un Keanu Reeves qu’autre chose). Je pense donc que hormis les quelques projections sympas mais insuffisantes, c’est véritablement le combat au départ du train qui m’a bien remis sur les rails. Parce que Zhang Ziyi elle, sait se battre, et son adversaire aussi. Les mouvements ne sont plus tous inutiles mais tout de suite plus pertinents.

C’est pourquoi, malgré que ce soit clairement boursouflé, poseur à l’extrême, bassement romancé, interminable et en prime du Yuen Woo Ping très facile, WKW est parvenu en parlant du wing-chun à moins m’ennuyer que dans 2046 où c’était la pose pour l’amour contrarié pour changer. La pose pour l’esprit martial contrarié en prime, je peux comprendre que ça puisse toucher, en particulier l’amoureux de kung-fu. D’autant que les acteurs sont tout de même dedans. Et puis j’ai pas parlé du contexte historique…

Mais bon… C’est quand même super boursouflé et on est loin des premiers films plus difficiles du réalisateur ou c’était parfois creux mais ça restait beau, sans parler de ses chefs d’œuvre. Maintenant, c’est très creux avec quelques beaux moments et en plus ce n’est même plus vraiment beau, c’est juste plastique.

grandmaster02

grandmaster03

grandmaster04

Publicités

6 réflexions sur “The Grandmaster (一代宗師) 2013

  1. « Zhang Ziyi elle, sait se battre »
    Tu rigoles là?! Pas plus qu’un Tony Leung entre les mains d’un Yuen Woo Ping…
    D’ailleurs concernant le Tony je craignais le pire mais je dois dire que le tour de passe-passe à fonctionner, pour moi du moins. Etant moi-même pratiquant de Wing Chun, c’est très bien passé et non, je ne me suis pas fait chier comme dans Les cendres du temps! Après je peux comprendre que certains seront échaudés s’ils attendent ou recherche du In the mood for love dans The Grandmaster: une surprise pour moi pour un WKW. Les coups portés à l’écran font vraiment mal!

  2. Quelques projections sympas, j’en conviens, mais c’est filmé trop serré parfois (déjà que c’est très matrixien si en plus ça bouge sans arrêt comme le combat d’ouverture) et il y a quand même pas mal de WKW là-dedans. problème, c’est du WKW trop boursouflé à mon goût comme c’était déjà le cas dans 2046. Mais il a son petit charme, je l’avoue. Je me suis moins fait chier que pour les cendres du temps aussi. Et je dis bien que l’histoire du wing chun est pas que chiante. :p C’est pas pour rien que je le pousse quand même au dessus de la moyenne ici.

    Après oui, j’ai toujours trouvé que Zhang Ziyi était assez gracieuse et elle a clairement plus d’expérience que Tony là dessus. Même si mon raccourci savoir se battre / Yuen woo ping est assez abrupte je vois bien. ;)

  3. ‘Tain, on en apprend des choses ici. Tu donnes dans le Wing Chun Supa’ ? Il faut que tu me fasses une démonstration la prochaine fois qu’on se voit. ;)

    Concernant « The Grandmaster », je me rangerais du côté de dré’. Je trouve également qu’il y a beaucoup de WKW mine de rien : « …du WKW trop boursouflé à mon goût comme c’était déjà le cas dans 2046. »

    Perso’, il m’est arrivé d’être parfois happé et par moment, je lâchais l’affaire sans être dedans et convaincu par ce que je voyais à l’écran. J’ai donc eu l’impression de revivre un 2046 en mode kung-fu avec des artifices repris ici et là dans sa filmo’ (sa signature en somme) et qui passaient beaucoup moins bien ce coup-ci. Des personnages comme La Lame sont sans intérêt. Le bis repetita sous la pluie, j’ai trouvé cela redondant. Le coup des mecs qui posent pour la photo réutilisé à plusieurs reprises, bref pas mal de petites choses, de petits détails qui font que je trouve le film moyen. Sans ça, j’ai trouvé les combats pas mal mais en même temps, je les ai trouvé ultra-cutté et filmé trop serré, comme le souligne le maître des lieux de La Queue du chien. Je trouve qu’on ne voyait pas assez les figures s’enchainer. Mais à côté de ça, certains passages martiaux étaient bons. Bref, je ne sais si cela vous est déjà arrivé en voyant des films, mais j’ai ce côté comme « pas achevé », me laissant un « goût » bizarre…

  4. Je ramenerai mon karaté pour un versus wingchun le prochain coup! (voila, c’était mon commentaire cinephile du trimestre)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s