Hell Has No Boundary (魔界) 1982

hellhasnoboundary

Horreur sans frontière

3-50

Mais carrément…

Je dis pas, c’est mauvais, évidemment hein. Ça surjoue, c’est naïf, ça ne trompe personne. Par exemple Lau Suet Wah se réveille d’un cauchemar, hop, direct plan où elle boit à sa gourde… Qui a osé ?…

Mais donc, on s’en fout, c’est tout bon, c’est l’ambiance quoi, ça ne trompe pas. Du Shaw horrifique option possession maléfique et c’est rythmé, je craque forcément. Il suffit d’une petite phrase conseil et je fonce. D’autant qu’il y a Lau Suet Wah. On doit être deux à la connaître mais dès que je la vois, je craque. Elle fait trooop bien le regard méchant derrière sa petite moue enfantine.

Et oui, c’est un peu le problème avec SC, c’est qu’au bout d’un moment si t’y fais pas gaffe, tu ne regardes plus totalement ce que tu veux, tu regardes ce qu’il te faut. On te bouffe ton temps de regard sans critère, et tu enchaînes les bons films à la vitesse de l’éclair. Mais les mauvais films, c’est aussi un bonheur que Hell has no boundary a su me rappeler de façon limpide. Quel bonheur de replonger dans un Shaw horrifique hein…

Une histoire de Lau Suet Wah donc, flic possédée par un démon qui va en faire voir de toutes les couleurs à ceux qui gênent son ascension (ah, les démons ont de l’ambition ?…). On y retrouve toutes les tares hk, la scène de commissariat, la scène de boîte de nuit, les hommes sont des arrivistes pervers, les femmes des pimbêches, l’ambiance fin de Shaw brothers. Tout est normal.

C’est absolument n’importe quoi dans les grandes largeurs, par exemple deux femmes flics qui se moquent de Lau se font enfermer dans un ascenseur par la pensée, là ça devient tout vert, c’est quand Lau n’est pas contente, et ensuite, le sol se fait découper au chalumeau ! et elles tombent !! Ça se passe dans le commissariat et tout le monde pense à un banal accident !! Dingue.

Et donc, baste, c’est trop coloré et rigolo, Lau Suet Wah se fait tout le monde un par un, on a quand même droit à une scène où un mec se fait tuer par un rouleau de PQ ! merde quand même quelle ambiance !!

Lau Suet Wah forever de toute façon. Rien que la voir en peignoir transparent bouffer des vers vivants pour faire halluciner son mari de Derek Yee, c’est immanquable. Et YUEH Hua en plus.

ps : Ah oui, j’ai été un peu vite en besogne pour le coup quand même parce que celui-ci se tient particulièrement bien comparé à d’autres de la même lignée. Il y a un côté sérieux et une tension presque réussie, et puis, toutes les peurs chinoises des problèmes de peau aux croyances en une mauvaise réincarnation rejaillissent avec bonheur. Bien cool.

http://www.senscritique.com/film/Hell_Has_No_Boundary/critique/30198482

hellhasnoboundary01

hellhasnoboundary02

hellhasnoboundary03

hellhasnoboundary06

hellhasnoboundary05

hellhasnoboundary09

hellhasnoboundary08

Merci @HuangFeihong

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s