White House Down (2013)

whithousedown

Toile d’Emmerich

0-00

Si j’ai pu m’offusquer devant « La chute de La maison blanche » et assurer qu’il instaurait une nouvelle limite dans la catégorie patriotisme américain faisandé, c’était sans compter sur Roland qui au même moment sortait le même film, mais en pire. Il l’a fait. Il a atteint un nouveau sous-sol ! Les catacombes ? L’Enfer filmé ? Ça se défend. Parce que d’un côté, « Olympus has fallen » : de l’action épileptique et très conne ridiculement sérieuse avec des nord-coréens plus qu’abusés. Et de l’autre : Roland qui cherche à la fois à faire un peu plus technique et plus second degré tout en restant bourrin mais alors… C’est consternant. On le connaît bien depuis un bail pourtant Roland. Il a même installé les bases de la bouse américaine à budget confortable (cf « Moon 44 »). Mais même « Independance Day » me faisait rire au dépend de la bêtise assumée et ridicule du truc. Je sais pas, il y a un côté jovial, ça offre un plaisir coupable certain même, on l’aime bien malgré tout Roland.

Mais là, c’est à serrer les dents tellement il pousse beaucoup plus bas le mixe entre sérieuse catastrophe internationale, patriotisme grossièrement caché derrière le plus gras de tous les twists finaux, action débile insupportable d’incohérence et navrant humour pied dans le plat. Roland se vautre volontairement à fond dans la fosse à purin arborant fièrement tout ce qu’il a de plus beauf. Il n’y a que « 2012 » (ou « I.D. ») pour être aussi con mais là aussi, c’était encore rigolo. Oui, même celui-là, je mets encore 6, c’est dire.

Mais là, mais là, mon Dieu mais là, le seul président black (Jamie, Jamie…) qui check, jure et love ses Jordans, c’est du jamais osé avant, du navrant pur. Tous les personnages sont au delà de la connerie déjà existante, au sommet de leur propre chaîne alimentaire. La gamine hystérico-patriote qui finit par agiter son drapeau !!!!!! Et on insiste bien sur le côté viral et le chiffre abscons : 700 millions de vue, ouéééé ça c’est important les enfants !… Channing inégratignable et dépouillé de tout second degré salvateur, n’en parlons même plus. Et James Woods !! Ralala, s’il pouvait même être un badass rigolo dans un Carpenter de seconde zone, il ne parvient ici qu’à devenir un catalyseur de navrantes incohérences psychologiques. Il attire la tristesse à lui seul. Et tous les autres, Richard Jenkins (le Vice président le plus vide de l’histoire), Jason Clarke et ses potes même pas capables de voir une gamine sous leur nez, Maggie Gyllenhaal (seule…), Lance Reddick (tristement changé en commandant débile), et cette théorie du complot à l’échelle de la présidence, tout est pestilentiel de néant nauséeux frelaté.

Vraiment, pour moi, c’est pire qu' »Olympus », le pire Roland et le pire de tous à ce niveau de budget. Le second degré est tellement minable qu’il lamine définitivement l’action débile, et celle-ci est moche à un niveau stratosphérique. Rien ne vit plus de deux secondes, toute idée est mort-née ensevelie sous une autre non-idée. Autant, je viens même de prendre du bon plaisir devant un « Pompeii » aussi débile et premier degré soit-il, autant là… C’est totalement flasque. Tout y est tout le temps périmé depuis bien trop longtemps en plus d’être boursouflé de clichés imbitables.

Je n’ai toujours pas osé voir « Die Hard 5 » ceci dit.

http://www.senscritique.com/film/White_House_Down/critique/34070147

whithousedown2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s