Ninja : Shadow of a tear (2014)

ninjashadowofatear

Ton Nin Jaa

3-25

Soit dit en passant, si on pouvait se calmer sur la descente en bloc du Ninja des années 80 en assimilant joyeusement nanar Godfrey Ho à toute la production, s’il vous plaît merci, je vous proposerais bien « Duel to the death » et pourquoi pas quelques ninjas taïwanais judicieusement choisis et on en reparle.

Ensuite, Scott Adkins attaque quand même l’armée birmane et un cartel en pleine jungle à lui tout seul donc question crédibilité, comment dire, c’est du niveau d’un Rambo 2 en gros. Et puis trop poseur, trop d’arrêt entre chaque passe histoire de fixer ses muscles luisants, et ça manque d’ambiance quand même. C’est plat, proprement filmé et lisible mais plat comme un bon gros téléfilm. Ça manque de sueur et de viscéral aussi (ça manque de John Wick oui). Pour une revanche américaine en pleine jungle birmane, c’est un poil trop touristique. La jungle birmane, c’est pas tout à fait la même ambiance de clairière avec trois péquins armés tous les 5 kilomètres. Pas de bad guy de second plan coriace avant le final, ça manque aussi, mais une bonne torture au fer à repasser tout de même. Bref, avec un fil conducteur si dense en diversité d’affrontements, c’est dingue de ne pas pousser un peu plus loin l’ambiance avec une réalisation moins conventionnelle (je tourne tranquillement ma caméra autour de mon super combattant). Et puis, le seul Ninja du film ne daigne porter son costume que les 20 dernières minutes et enlève son masque trois minutes plus tard (attends, on voit pas ma gueule).

Sinon, ça castagne pas mal et surtout ça combat bien. C’est plus de la démo que de la vraie castagne acharnée, il faut vraiment attendre les 20 dernières minutes pour qu’il y ait enfin une vraie résistance face à Scott, mais quand même. Le rythme des scènes d’action est appréciable. Ça ne s’arrête pas, chaque scène ou presque menant à un combat. Et puis, les cascadeurs et autres sbires face à Scott sont thaïlandais et on sent tout de suite leur talent à se prendre des coups dans la tronche. Enfin, Scott Adkins est un superbe combattant, puissant et très fluide, et bien mis en valeur par la mise en scène sans artifice de Fionrentine.

Donc, dans un bon élan de générosité, avec de l’indulgence et grâce à la dernière demi-heure aussi, ça se regarde, c’est un film d’arts martiaux rythmé avec quelques bons impacts et c’est un très bon Scott Adkins même. Niveau ninja, c’est un peu le minimum par contre.

ninjashadowofatear2
http://www.senscritique.com/film/Ninja_Shadow_of_a_Tear/critique/31059562

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s