Batman v Superman : L’Aube de la Justice (2016)

batmanvsuperman

Touche pas à ma maman

3-00

– Batman appelle ses employés pour leur dire d’évacuer son building parce que tous les buildings autour s’écroulent. Heureusement qu’il est là sinon, ils seraient tous rester ces cons. Arf, celui qui a reçu le coup de fil n’a pas compris, il est resté, qu’il est con.
– Batman court vers le nuage de fumée dégagé par les tours qui s’effondrent, il fonce dedans, il n’a pas peur du 11 septembre.
– Batman seul vient en aide à un de ses employés coincé sous les décombres, les autres le laissent là crier à l’aide, les jambes broyées sous une poutre d’acier. « You’re the boss, boss »…
– Loïs se présente comme journaliste devant un terroriste africain et sa première question est : « êtes-vous un terroriste ? ». Ah ! Enquête plutôt sur ton photographe !
– Batman se fait un plan-séquence de baston à la thaïlandaise avec plein de soldats qui attendent leur tour en arrière-plan.
– Superman ne dit trop rien, c’est plus prudent. Il préfère écouter Kevin Costner en haut d’une montagne, logique.
– Superman veut discuter avec Batman mais le pousse violemment et sans aucune raison pour commencer, ce qui entraîne la baston de cours de récré la plus inutile de toute l’histoire qui se termine en un plan où tout le monde change d’avis comme par magie de l’humanité en toi.
– Loïs est sauvée deux ou trois fois.
– à la 51ème minute, tu te demandes plusieurs secondes si Batman n’est pas tombé dans John Carter.
– Morpheus est content de jouer dans un film de super-héros même s’il ne joue que le directeur du Daily Planet.
– Lex Luthor n’a même pas assez de charisme pour réciter son discours correctement.
– Wonder Woman se rappelle à la fin qu’elle a un fouet de feu.
– Martha reconnaît en Batman l’ami de Superman. La cape, bien sûr.
– Alfred se la joue Cisco Ramon…
etc

Évidemment, ça se donne du relief alors que ça n’en a pas l’ombre, c’est juste surchargé à ras bord de références qui flattent l’intelligence du connaisseur parvenant à masquer combien c’est mal découpé et laborieux et lourd au possible mais c’est normal, c’est Zack.
Et Zack est bien, il est en forme, on sent qu’il aime réaliser ce film-tank et y met du sien. Il ne pourra pas refaire Watchmen, ode à la puissance visuelle Fantastique que peut déployer un Comics à l’écran, mais il a des atouts avec Superman et DC, un certain sens de l’anarchie visuelle que les autres trop propres n’ont pas.

Et donc, j’aime bien cette bouse malgré tout, c’était obligé. J’étais parti pour à peine la moyenne mais je l’ai revu et du coup, comme c’est Man of steel 2 avec Batman et WonderfulWoman en prime, ça a remarché pour les mêmes raisons. Complètement démembré et caricatural oui mais frontal, direct, agressif, ça ne te prend pas par la main et la caméra ose bien autre chose qu’un plan de vol rabâché.

C’est la manière de filmer un Comics qui se rapproche le plus de ce que j’attendrais même si c’est foiré. Non seulement le masque de Batman est le plus classe jamais filmé à mes yeux (Frank Miller style) mais en plus Ben Affleck, parfaitement carré pour incarner un Batman en forme de cube, prend tout de suite le pli et parvient sans scénar à s’imposer, certes bien aidé par la face taciturne et désabusée du personnage à cette période. On aura beau redire mais Henri Cavill est parfait encore une fois, c’est Superman, jusqu’au bout du brushing gominé. C’est le Christopher Reeve des temps modernes. (enfin, pas que je lui souhaite le même destin hein…)

Et puis, encore une fois avec Zack, il y a des plans massifs à l’esthétique sombre terriblement Comics, les mouvements de Superman en vol sont dingues et sont accompagnés d’impressionnants plans plus larges, calculés sans être trop ostensibles, illustrant parfaitement l’échelle du décor. Un sens du mouvement abrupte et du cadrage mouvant typiquement DC qu’aucune sucette Marvel ne peut approcher tout comme elle ne peut effleurer le semblant de crudité qui tente de régner ici sous ces monceaux de cahiers des charges bien gras.

– Le jeune Bruce Wayne s’élève dans un tourbillon de chauve-souris.
– La puissance de destruction de Superman et ses yeux lasers balancent les flammes de l’enfer kryptonien.
– WonderWoman dupe Bruce Wayne de fort belle manière.
– Batman se fait rosser de fort belle manière.
– Superman se fait calmer de fort belle manière.
– Batman élimine un commando kidnappeur de fort belle manière.
– Superman minuscule devant un mur d’explosions qu’il vient de provoquer de fort belle manière.
– WonderWoman qui en redemande et râle de plaisir au combat se mangeant des rafales de flammes de l’enfer troll.
etc
C’est du côté ludique et jouissif du cadre que Zack s’apprécie. Et même s’il n’a pas d’histoire, il tente quand même de la raconter correctement. Bon, c’est raté mais il essaie.

Gros, gros hic qui fait mal et grosse tendance actuelle, les méchants sont complètement foirés. Lex Luthor est saccagé par un Eisenberg full cabotin pas du tout crédible, ses sbires dont on voit à peine les têtes et dont on se demande parfois d’où ils sortent et ce qu’ils font peinent à exister, des scènes de rêve incompréhensibles (surtout si t’a pas vu John Carter ^^) et le troll de Hulk qui parvient tout juste à s’en tirer malgré son design dégueulasse et sa naissance Alien resurrection-like.

Mais arf, un poil plus que la moyenne quand même…

SC

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s