Battleship Island (군함도) 2017

3-75

Bon réalisateur de pop daubes à la base tout de même (l’insupportable « Arahan » et le non moins daubesque « City of violence »… Voilà, voilà…), Ryoo Seung-wan, réalisateur d’action avant tout, prend de la bouteille et s’affine comme toute la Nouvelle Vague coréenne pour nous fournir son Soldat Ryan cross Les Évadés. Si on ne peut pas dire que ce soit d’une très grande subtilité comme un Bong Joon-Ho loin de là, les méchants militaires fanatiques japonais contre le gentil peuple coréen modéré, pondéré tout de même par quelques méchants coréens collabos, il faut bien admettre que « Battleship Island » est un gros « ride » pêchu de 2h10 qui plonge dans les méandres de l’île / mine de charbon / prison japonaise d’Hashima, fournaise immonde rappelant Germinal et pourquoi pas les mines d’enfants du Temple Maudit, avec une pointe de « Liste de Schindler » pour faire bonne mesure quant au traitement inhumain réservé à ses prisonniers. Tous venus au Japon pour un peu de travail et beaucoup d’espoir, ils sont manu-militari enfournés dans des trains à destination de l’île de la mort sans espoir de survie ou presque.

La grande force du film pour éviter le pathos passe par son rythme enlevé et le point de vue principal d’une troupe de musiciens menée par le jovialement excellent Hwang Jeong-min et sa fille (dans le film), le rayon de soleil Kim Su‑an, qui rappellent un peu la complicité et l’inébranlable optimisme du duo de La vie est belle de Benigni.
Alors que la situation ne cesse de devenir de plus en plus insupportable au fur et à mesure du métrage, la joie de la musique, de ces musiciens, de leur leader fin connaisseur en japonais, positif, débrouillard, indéfectiblement souriant et de cette jeune danseuse effrayée par tant de haine mais pleine d’espoir, parfait le mélange coréen toujours surprenant du drame inadmissible et de la comédie joviale qui se répondent d’une réplique à l’autre.
S’y greffe un jeune chien errant (excellent So Ji‑sub), grand petit caïd qui va user de sa supériorité physique pour faire sa place sans en avoir l’air, en restant le vrai bon connard qu’il est. Aussi fier que la jolie Lee Jung-hyun avec qui il forme peu à peu un duo de rebelles renfrognés, le jeune pitbull va faire sa place tant bien que mal essayant d’alléger un peu le quotidien infâme de ses compatriotes coréens innocents.
S’y ajoute principalement pour finir le jeune beau gosse Song Joong‑ki qui incarne le personnage le moins réaliste du lot, en l’occurrence un agent secret super combattant couillu, infiltré pour organiser l’évasion d’un leader syndical et politique coréen qui semble lui aussi alléger le quotidien grâce au peu de pouvoir qu’il possède encore.

La réalisation appliquée convainc sans problème et consolide avec brio le fond somme toute classique. La caméra est plutôt stable (oui !), le montage super cut et un poil fatigant rend le tout étrangement expéditif malgré tout (il se passe énormément de choses mais tout n’est pas développé calmement et en profondeur loin de là) mais apporte une force d’action, un dynamisme non négligeable au récit qui monte en gros crescendo avant d’exploser lors du combat de So Ji‑sub contre le méchant et affreux collabo maton dont il brigue le poste. Duel en serviette dans la moiteur des douches crades, les deux antagonistes se fritent comme des ours, un truc de dingue. Ça rappellerait Schwarzy dans l’intro de « Double Détente » mélangé à la violence d’un The Raid en gros, ça déboîte. Viendra pour finir une longue bataille finale beaucoup moins crédible mais pas piquée des hannetons.

Aventure en vase clos avec paradoxalement une bonne dose de grandeur, « Battleship Island » qui se veut réaliste et social puisque basée sur des faits réels, parvient à proposer un équilibre pas évident, ce malgré ses japonais totalitaires éminemment pas fins, entre action bourrine, drame soupesé et comédie subtilement délayée, et se présente comme un bon gros carton sud coréen de plus pour ce réalisateur qui n’est clairement pas mon préféré à la base. Ça commence à faire beaucoup de bons réalisateurs coréens damn’ !

Sinon Battleship, ça donne moyen envie comme titre, cf Battleship et Space Battleship, urgh…

SC

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s